Coagulogramme pendant la grossesse

Traitement

La période de procréation n’est pas seulement une période particulière de la vie d’une femme lorsque son corps, sa physiologie, son état psychoémotionnel et sa vision du monde changent. C’est le moment où les voyages à la polyclinique et la réalisation sans fin d’une grande variété de tests font partie intégrante de votre vie. Probablement peu de gens aiment ce processus. Mais souvent, les futures mères s'inquiètent de chacune des directions suivantes: combien est possible et pourquoi tout cela est-il nécessaire? Est-ce que tout va bien avec le bébé? La grossesse menace-t-elle quelque chose?

C'est dans le but d'obtenir des réponses à ces questions que les médecins envoient une femme enceinte pour un examen. Parmi un certain nombre de tests différents, vous devrez faire un coagulogramme.

Qu'est-ce qu'un coagulogramme?

N'ayez pas peur d'un mot incompréhensible. Il s'agit d'un test sanguin courant qui permet d'étudier le système hémostatique, ce qui est extrêmement important pendant la grossesse. Pour le dire simplement et clairement: un coagulogramme montre l'état de la coagulation du sang et aide à identifier les troubles possibles: augmentation ou diminution de la coagulation.

Pourquoi faire un coagulogramme pendant la grossesse?

En fait, c'est très important pour la conduite de la grossesse. Les modifications de la coagulation sanguine sont associées à de nombreux risques, tels que la formation de caillots sanguins, pouvant entraîner une thrombose, une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral et le port d'un enfant - fausse couche ou naissance prématurée. En outre, une coagulation sanguine accrue peut provoquer le développement de troubles cérébraux graves chez le fœtus, si le problème n'est pas identifié à temps. Donc, en combinaison avec d’autres tests, cela aide à surveiller le déroulement normal de la grossesse.

Il faut dire que physiologiquement, le système d'hémostase d'une femme enceinte subit certains changements de façon naturelle (le corps est reconstruit pour une circulation sanguine supplémentaire par le flux sanguin utéro-placentaire et pour un travail futur, dans lequel de grandes pertes de sang sont possibles). Donc, seul votre médecin devrait déchiffrer les résultats de l'analyse.

Coagulogramme pendant la grossesse: est-il nécessaire de donner du sang et à quelle fin

On prescrit aux femmes enceintes des tests fréquents de toutes sortes de tests afin de déterminer si le fœtus se développe correctement et quelles menaces éventuelles peuvent nuire à sa bonne croissance.

Le coagulogramme non plié est l’une des plus importantes et des plus nécessaires: en quoi consiste-t-il et quelles sont les anomalies observées pendant la grossesse?

Quel genre d'analyse

Un coagulogramme est un test sanguin avec lequel il est nécessaire de déterminer le degré de sa coagulation chez la femme enceinte. En raison de la situation «intéressante», le sang d'une femme enceinte, en particulier au cours des dernières périodes, devient toujours plus visqueux et enclin à la coagulation rapide.

La santé de la mère et du bébé dépend directement de la circulation du sang dans les vaisseaux et les veines, de la tendance à la formation de caillots sanguins ou de blocages.

Si la coagulabilité est réduite, il existe alors un risque de décollement du placenta, de naissance prématurée et de saignement interne.

Avec une coagulation accrue, le cerveau du fœtus est menacé de manque d'oxygène, ainsi que de possibles micro-AVC et une thromboembolie.

Le sang nécessaire à la coagulation pendant la grossesse se rend tous les trois mois, c'est-à-dire tous les trimestres. Si le médecin a des doutes ou des préoccupations, cette analyse est prescrite plus souvent.

Indicateurs dans la plage normale

Les indicateurs qui déterminent la coagulation avec un coagulogramme sont les suivants:

  • Temps de thromboplastine partielle activée (APTT). Responsable du temps de coagulation. Chez les femmes enceintes, le TCA dure entre 15 et 20 secondes.
  • Fibrinogène. La protéine, qui est le composant principal d'un caillot sanguin. Plus la valeur du fibrinogène est grande, plus la femme enceinte a tendance à présenter des caillots sanguins. Parfois, il diminue en raison de la toxicose, puis repousse. L'indicateur ne doit pas dépasser 5-6 g / l.
  • Temps de thrombine. Affiche le taux de coagulation au stade final. Le temps optimal de thrombine pour une femme enceinte est de 10 à 18 secondes.
  • Nombre de plaquettes. Peut être légèrement réduit à 150-350 * 109 9 par litre de sang.
  • Prothrombine Une autre protéine responsable de la formation de caillots. Sa valeur numérique est très importante car une augmentation peut déclencher un décollement placentaire. Valeurs numériques normales - entre 80 et 140%.
  • D-dimère. Normalement, il se développe lentement et progressivement.
  • Antithrombine La protéine responsable de la liquéfaction. De la norme ne devrait pas s'écarter de plus de 50%.

Déviations normales possibles

Les données numériques sur la coagulabilité chez les femmes non enceintes diffèrent de celles observées. En règle générale, le pourcentage d'écarts ne dépasse pas 10-15% de la norme.

Le fibrinogène, par exemple, est généralement de 2-4 g / l. Chez une femme enceinte, il atteint progressivement 6 g / l. Cependant, l'écart habituel par rapport à la norme peut être légèrement supérieur à 6 g / l, ce qui indique une accélération de la sédimentation sanguine des érythrocytes.

L'indice APTT chez une femme en bonne santé qui ne porte pas un enfant est de 25 à 35 secondes. En raison de la position «intéressante», le temps de coagulation diminue à 15-20 secondes. L'écart dans la plage normale est également pris en compte s'il n'est pas minimisé plus rapidement qu'en 12-13 secondes.

Normalement, le dimère est de 250 ng / ml. Du début de la grossesse à la naissance, ces chiffres peuvent augmenter de 3,5 à 4 fois. Si l’augmentation de cet indicateur n’est pas inférieure à 2,5-3 fois, cela ne devrait pas poser de problème.

En général, tout écart par rapport à la norme peut être considéré comme très conditionnel. Après tout, chaque future mère a une histoire individuelle et des caractéristiques physiologiques. Dire quel indicateur est au bon niveau et à quelle valeur, cela n’est possible que dans chaque cas individuel.

Décoder les violations dans les résultats et leurs causes

Vous trouverez ci-dessous un tableau des écarts par rapport à la norme dans le coagulogramme, qui sont dangereux pendant la grossesse et leurs causes possibles.

Tests sanguins pendant la grossesse: coagulogramme

Pendant la grossesse, le corps de la femme change constamment, tous les organes et systèmes sont adaptés au comportement de l'enfant et à sa naissance. La coagulabilité sanguine est l'un des indicateurs les plus dynamiques au cours des 9 mois. À la fin du trimestre, il augmente, évitant ainsi les pertes de sang pendant l'accouchement. Un coagulogramme au cours de la grossesse permet d'identifier à temps le risque de thrombose et certaines autres conditions qui compliquent le processus de portage et de mise en danger de l'enfant.

Cet examen doit être effectué trois fois en neuf mois, soit tous les trimestres. S'il y a des indications et des écarts dans les résultats, le coagulogramme peut être nommé plus souvent et avec des indicateurs avancés.

Qu'est-ce qu'un coagulogramme?

Coagulogramme - analyse de la coagulation du sang. Il indique s'il existe une violation de l'hémostase - le système responsable de la circulation du sang dans les vaisseaux et du caillot lorsqu'ils sont endommagés.

Il existe deux types de troubles de la coagulation:

  1. Hypocoagulation - hémostase basse, absence de formation de thrombus et, par conséquent, perte de sang importante, même avec des dommages mineurs aux vaisseaux sanguins.
  2. Hypercoagulation - hémostase élevée, formation rapide de caillots sanguins avec risque de thrombose, de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral.

Pendant la grossesse, ces violations sont dangereuses et peuvent entraîner une fausse couche, la naissance prématurée de l'enfant dans le monde et une importante perte de sang au cours de l'accouchement. Pendant toute la période, les indicateurs de la coagulation se modifient naturellement.

Qu'est-ce qu'un coagulogramme pour la grossesse?

Pendant la grossesse, il est important que les taux de coagulation sanguine restent normaux. L'hypercoagulation peut entraîner des complications dans le processus de portage d'un enfant. Tous les nutriments et l'oxygène nécessaires que le fœtus reçoit à travers le placenta, imprégné de nombreux vaisseaux Si des caillots sanguins apparaissent à l'intérieur, la circulation sanguine est perturbée et l'enfant développe une hypoxie, une carence en vitamines, en oligo-éléments et en d'autres composés importants pour le développement.

En conséquence, le risque d'anomalies congénitales augmente. Une mauvaise circulation sanguine dans le système mère-placenta-fœtus peut également entraîner un avortement, une insuffisance fœtoplacentaire, une prééclampsie grave et la formation de caillots sanguins dans les vaisseaux vitaux de la mère.

L'hypocoagulation pendant la grossesse se produit dans le contexte d'une diminution naturelle de l'immunité, qui protège le fœtus du rejet de l'organisme maternel.

Une faible coagulation est dangereuse pendant l'accouchement, car le risque de perte de sang incompatible avec la vie est élevé. Dans les phases ultérieures, une telle violation peut provoquer un décollement placentaire. Une hypocoagulation est également parfois observée chez un enfant après la naissance.

Comment et quand l'analyse est-elle effectuée?

Pour tester le sang pour la coagulation, un échantillon d'une veine est nécessaire. Il est préférable de procéder à l'analyse le matin, car elle doit être faite l'estomac vide. Au moins 8 heures devraient s'écouler du dernier repas à la procédure de prélèvement sanguin. Boire à ce moment n'est autorisé que l'eau claire. Vous devez informer le technicien de laboratoire ou saisir dans le formulaire des données personnelles concernant la prise du médicament la veille de l'analyse.

Normalement, un coagulogramme pendant la grossesse est effectué une fois par trimestre. En cas d'insuffisance vasculaire, immunitaire et hépatique, cet examen est effectué plus souvent. Des procédures supplémentaires peuvent également être nécessaires chez les femmes présentant un facteur Rh négatif et des résultats antérieurs peu satisfaisants (après un traitement). En savoir plus sur le facteur Rh négatif pendant la grossesse →

Interprétation du résultat et de la norme d'indicateurs

Le coagulogramme reflète cinq indicateurs principaux, qui sont déterminés par des écarts dans la coagulation du sang:

  1. Fibrinogène. Ce sont des molécules de protéines qui forment une grande partie du caillot lors de la coagulation. Habituellement, leur taux varie de 2 à 4 g / l, mais pendant la grossesse, il peut atteindre 6 g / l. Chaque mois, cette protéine devient de plus en plus importante, la quantité maximale est observée au moment de la naissance.
  2. APTT. L'indicateur reflète la période de temps pendant laquelle le sang a le temps de coaguler. Norme pour les femmes enceintes - 18-20 ans, pour les autres - jusqu'à 35 secondes.
  3. Temps de thrombine. C'est la durée de la dernière étape de la coagulation. Chez les personnes en bonne santé, l’indice va de 11 à 18 s. Pendant la grossesse, il augmente légèrement en raison de la quantité plus importante de fibrinogène, mais reste dans la limite supérieure de la normale.
  4. Prothrombine Une des protéines du sang impliquées dans la formation de caillots. La densité sanguine et la possibilité d'une coagulation rapide dépendent de sa concentration. L'indicateur devrait normalement se situer entre 78 et 142%.
  5. Plaquettes. Ce sont des composants sanguins produits par la moelle osseuse et impliqués dans le processus de coagulation. Normalement - 150 à 400 000 / μl, mais chez les femmes enceintes, une réduction à 130 000 / μl est admissible.

Ces données indiquent le taux moyen, mais dans la pratique, elles peuvent être plus élevées ou plus basses que celles indiquées, même pendant la gestation normale. La coagulabilité est affectée par les maladies chroniques, la prise de certains médicaments et même les habitudes alimentaires. Par conséquent, le médecin doit effectuer la transcription des résultats.

Causes des déviations de la norme

En fonction de l'indicateur ou de la combinaison dans le coagulogramme qui s'écarte de la norme, le médecin peut suggérer l'un ou l'autre des états pathologiques ou maladies:

  1. Fibrinogène. La quantité de cette protéine est réduite en toxicose, maladie du foie, DIC, anticoagulants, carence en vitamine B12 et / ou C, ainsi que dans la leucémie myéloïde chronique. Des taux élevés sont observés chez les femmes enceintes atteintes de maladies infectieuses, d'hypothyroïdie, d'infarctus du myocarde, d'accident vasculaire cérébral, de pneumonie, de maladies oncologiques, de chirurgies ou de brûlures.
  2. APTT. On observe une diminution du taux en phase 1 du DIC, une augmentation du syndrome des antiphospholipides, de l’hémophilie, une réduction de la coagulation et dans les dernières phases du DIC.
  3. Temps de thrombine. Elle augmente avec la modification de la quantité de fibrinogène, la prise de médicaments contenant de l’héparine, une maladie du foie et une CIV La diminution peut indiquer le début du DIC.
  4. Prothrombine La quantité de cette protéine dans le sang peut augmenter chez les femmes prenant certains médicaments (par exemple, les corticostéroïdes), ainsi que dans les cas de thrombose et de cancer. La diminution est observée dans les maladies du tractus gastro-intestinal, CID, les troubles héréditaires du système circulatoire, la leucémie et la prise de certains médicaments.
  5. Plaquettes. Le niveau de ces éléments augmente avec les processus inflammatoires, l'anémie, la perte de sang, les maladies oncologiques, les pathologies du sang, ainsi que les surmenages physiques. La diminution peut indiquer une infection, un lupus érythémateux systémique, un purpura thrombocytopénique, une hypertrophie de la rate et un CIVD.

Comment les données du coagulogramme changent-elles pendant la grossesse?

Au cours de la grossesse, la coagulation sanguine augmente constamment, atteignant un maximum pour l'accouchement. À partir du troisième mois, l'indice de fibrinogène commence à augmenter. De plus, il augmente constamment jusqu'à la fin du mandat.

En parallèle, on observe une augmentation de l'activité du mécanisme interne de la coagulation du sang, ce qui se traduit par une diminution du TCA dans les résultats d'un coagulogramme. Le taux d'antithrombine III diminue pendant la grossesse, ce qui correspond à la tendance générale à l'augmentation de la coagulabilité.

Les modifications des données du coagulogramme pendant la grossesse sont naturelles et physiologiques. Ils se produisent en raison de l'apparition d'un autre cercle de la circulation sanguine - l'utéroplacentaire. Le corps augmente le volume de sang en circulation et sa coagulation - ces deux mécanismes préviennent le risque de perte de sang à la naissance.

Indications pour le coagulogramme amélioré

Dans certains cas, un coagulogramme prolongé pendant la grossesse est requis (avec indicateurs supplémentaires). Une telle enquête est montrée si, à la suite de l'analyse précédente, des écarts à la norme étaient observés. Il peut également être prescrit aux femmes enceintes atteintes de maladies entraînant une violation de la coagulation du sang (maladie du foie, menstruations abondantes ou saignements de nez fréquents, thrombose et thromboembolie).

Sur la recommandation du médecin, un coagulogramme étendu est réalisé chez les femmes atteintes de pathologies gynécologiques et obstétricales.

Les indications les plus courantes sont le placenta praevia ou le détachement, le dérapage kystique, la prééclampsie sévère, l’hépatite graisseuse aiguë, la gestation simultanée de deux ou plusieurs fœtus, ainsi que la grossesse consécutive à une FIV. Les autres raisons de l'analyse peuvent être des maladies du système cardiovasculaire, des troubles métaboliques, divers types d'intoxication.

Explication des indicateurs d'étude étendus

Avec un coagulogramme étendu, les principaux indicateurs sont ajoutés:

  1. D-dimères. Ce sont des composés formés après la destruction d'un caillot de sang. Le taux normal est de 248 ng / ml. Pendant la grossesse, il augmente constamment et peut atteindre 3 à 4 fois au moment de la naissance.
  2. Anticoagulant contre le lupus. Dans le cours normal de la grossesse, cet indicateur ne devrait pas l'être.
  3. La protéine C est un composant anticoagulant. Son taux est de 25 mg / l. Avec une diminution, le risque de thrombose augmente.
  4. Protéine Antithrombine III. Un composé qui inhibe la coagulation du sang. Inhibe la thrombine. Normalement, l’indicateur devrait être compris entre 71 et 115%.
  5. Les marqueurs du syndrome phospholipidique. Ces composés ne doivent pas être détectés dans le sang des femmes enceintes ni des femmes qui se préparent pour la conception.

Le coagulogramme pendant la grossesse est l’un des tests de laboratoire obligatoires. Une coagulation sanguine normale est importante pour le succès de l'accouchement et pour le processus d'accouchement. La détection à temps des anomalies peut les corriger et éviter des complications graves (fausse couche, pathologies du développement, pertes de sang lors de l'accouchement).

Auteur: Olga Khanova, médecin,
spécifiquement pour Mama66.ru

Coagulogramme pendant la grossesse, l’étude est-elle importante?

Après la conception et tout au long de la gestation, le corps de la femme subit de nombreux changements. L’un des indicateurs les plus importants est l’évaluation de l’hémostase d’une femme enceinte, qui peut être déterminée à l’aide d’une analyse en laboratoire du sang veineux - un coagulogramme. Sinon, l'analyse est appelée système de coagulation ou hémostasiogramme.

Quelle est cette analyse pour les femmes enceintes

Le coagulogramme est inclus dans la liste des tests de laboratoire pour la prise en charge des femmes enceintes. Les médecins avec son aide évaluent l’état de la femme enceinte, déterminent la présence d’une pathologie et procèdent au traitement approprié.

L'étude du système d'hémostase en période de gestation permet de prédire le déroulement de la grossesse Identifier les anomalies possibles dans le flux sanguin utéroplacentaire.

Sur la base des indicateurs de l’hémostasiogramme, il est possible de prévenir le développement de saignements au moment de l’accouchement ou pendant la période post-partum.

Nature a voulu qu'en cours de grossesse, le sang devienne plus épais en raison des composants principaux (notamment le fibrinogène).

Son épaississement réduit le risque de saignement à la naissance ou après l'accouchement. Mais pour une raison quelconque, l'hémostase est perturbée, la consistance change et une tendance à la thrombose apparaît.

Importance de la recherche

Au cours de la grossesse, le système de coagulation est analysé:

  • lors de l'inscription, en consultation féminine sur la grossesse et l'accouchement;
  • dans la période de 22-24 semaines;
  • dans la période de 30 à 36 semaines de gestation;
  • lors de l'admission au département patrimonial.

S'il y a eu une hospitalisation pendant la grossesse, le nombre de tests augmente.

Les indicateurs du système de coagulation de la grossesse aident à identifier:

  • la tendance de l'organisme maternel à former des caillots sanguins. Par exemple, avec thrombophilie. La thrombose pendant la grossesse peut devenir la cause de la privation d'oxygène du fœtus en oxygène, du retard de son développement ou de la disparition de la grossesse. Dans les stades précoces, la thrombophilie est l’un des facteurs de l’avortement spontané;
  • risque accru de saignement pendant la grossesse, ou dans sa conclusion logique. Une complication est le développement du syndrome de CID, dans lequel le saignement est difficile à arrêter en raison de l'absence ou d'une faible quantité de facteurs de coagulation. Lorsque la glace augmente le risque de mort.

Chez les femmes enceintes présentant les pathologies suivantes, un coagulogramme est réalisé pour prévenir les conséquences négatives et sélectionner le traitement adéquat:

  • varices des membres inférieurs - thrombophlébite;
  • pathologie hépatique;
  • infertilité primaire ou secondaire dans l'histoire;
  • saignements de nez fréquents;
  • hématomes causés par un accident vasculaire cérébral faible;
  • avortement raté dans l'histoire;
  • pathologie du système cardiovasculaire;
  • maladies endocriniennes;
  • troubles de la coagulation génétiques;
  • complication de grossesse actuelle: fœtopathie, prééclampsie, toxicose, grossesse multiple);
  • grossesse par fécondation in vitro (procédure de FIV).

Une nouvelle analyse est effectuée pour les résultats défavorables des études précédentes.

La violation de l'hémostase complique le déroulement de la grossesse et ne présente pas toujours de signes cliniques.

Quand et comment donner du sang à un coagulogramme chez la femme enceinte

Les femmes enceintes donnent du sang sur un coagulogramme à plusieurs reprises pendant toute la période de gestation.

En cas de grossesse grave et d'hospitalisations fréquentes, le nombre de coagulogrammes augmente avec les autres tests de laboratoire.

Les femmes enceintes qui ont été identifiées et ont établi la cause des troubles de l'hémostase sont enregistrées sur un compte spécial. Par exemple, le facteur génétique.

Attribuez une analyse de l'obstétricien-gynécologue traitant, parfois de l'hématologue, en cas de violation manifeste de la coagulation du sang.

Test sanguin pour hémostasiogramme

  • le sang est donné le matin à jeun;
  • le matin, vous pouvez boire un verre d'eau (pas de thé ni de café);
  • lors de l'utilisation de médicaments, informez l'infirmière qui fera la marque appropriée sur le formulaire d'analyse;
  • le sang est prélevé dans une veine à l'aide d'un système à vide (et non à l'aide d'une aiguille ou d'une seringue). Il est prouvé que la phase pré-analytique (préparatoire) a un impact supplémentaire sur le processus de préparation et d'analyse des échantillons. Le résultat dépend de ces facteurs.
  • le sang veineux est placé dans un tube à essai avec réactif et doit être mélangé.

Les éléments suivants ne sont pas soumis à l'analyse:

  • sang hémolysé;
  • des amas dans l'échantillon;
  • rapport incorrect du réactif et du matériel biologique.

Hémostasiogramme - interprétation des indicateurs

Une analyse de sang pour la coagulation peut être de deux types:

  • le principal permet de détecter le contenu quantitatif en fibrinogène, prothrombine, INR, APTT et temps de thrombine;
  • avancé - outre les paramètres de base, le D-dimère, le lupus AK et l’antithrombine sont soumis à étude
  1. Le fibrinogène est un facteur de coagulation dérivé de la fibrine. Plus la quantité de fibrinogène est élevée, plus le risque de formation de caillots sanguins est élevé. La diminution du fibrinogène se produit de manière synchrone avec la protéine totale dans l'analyse biochimique du sang;
  2. La prothrombine et l'INR sont des indicateurs du taux de coagulation du sang. La prothrombine est le deuxième facteur de coagulation et l'INR (rapport normalisé au niveau international) est un indicateur de laboratoire du trajet externe du système hémostatique;
  3. L'APTTV (temps de thromboplastine partielle activée) est un indicateur du temps de coagulation du sang depuis le moment du saignement jusqu'au début de la formation d'un caillot sur le fond des réactifs;
  4. Le temps de thrombine est un indicateur du temps (en secondes) pendant lequel un caillot se forme. Dans le syndrome DIC, le temps de thrombine n'est pas déterminé;
  5. Le D-dimère est un indicateur supplémentaire pour évaluer le système de coagulation du sang. C'est le produit de la dégradation de la fibrine. Une augmentation significative peut avoir une étiologie physiologique, car avec une augmentation de la durée de la D-dimère augmente;
  6. L’antithrombine III est une protéine spécifique responsable de l’éclaircissement du sang;
  7. L'anticoagulant lupique est un indicateur de la maladie "le lupus érythémateux systémique", qui produit des anticorps aux enzymes du sang.

Le tableau montre un exemple de valeurs normales et d’écarts par rapport à la norme.

Tests de grossesse - Coagulogramme: pourquoi et quand?

8 indicateurs et décodage du sang pour la coagulation

Les futures mères ont un seul nom "coagulogram" plonge dans l'horreur. En fait, il ne s'agit que d'un autre test sanguin, obligatoire pendant la grossesse. De quoi parle-t-il, à quelle fréquence doit-il le passer et comment déchiffrer les résultats?

Qu'est ce que c'est

Le travail du système circulatoire - peut-être l'indicateur le plus important de la santé. Pendant la grossesse, cela nécessite une attention accrue. Un coagulogramme révèle des anomalies de l'hémostase - un système qui est responsable dans notre corps de l'état de sang liquide dans des conditions normales et de la coagulation du sang pour arrêter le saignement. Si l'hémostase est réduite, une personne perd beaucoup de sang, même en raison d'une coupure mineure. Une hypercoagulation excessive entraîne une thrombose, des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux.

Selon les médecins, le danger des deux anomalies est qu’ils ne peuvent se détecter eux-mêmes au quotidien. Mais pendant la chirurgie ou l'accouchement menacent le développement d'une situation critique.

Le système d'hémostase de la future mère est en train de changer. Par conséquent, le coagulogramme avant et pendant la grossesse est différent. La nature fournit un tel ajustement naturel. Lors du transport d’un enfant dans le corps d’une femme, il se produit un troisième cycle de circulation sanguine, appelé utéro-placentaire. Des préparatifs sont en cours pour augmenter la quantité de sang en circulation. Ceci est également important en raison de la perte de sang inévitable lors de l'accouchement.

Quand et comment

Le coagulogramme est généralement effectué une fois par trimestre. Parfois plus souvent. Un tel besoin survient avec les varices, les maladies hépatiques, vasculaires et immunitaires, avant ou après la chirurgie.

Le groupe à risque comprend les femmes enceintes présentant un facteur Rh négatif. Dans ce cas, pendant la gestation du fœtus, le système immunitaire se bat contre ses propres anticorps, car il les perçoit comme étrangers.

Si une femme est sujette à une coagulation sanguine accrue ou si le premier coagulogramme a révélé des anomalies, l’étude devra être répétée périodiquement. Le sang est prélevé dans une veine. Avant l'analyse, ne pas manger pendant huit heures.

S'il s'avère que la coagulabilité du patient est altérée, mais que cela n'a pas été détecté à temps, le risque de fausse couche ou de naissance prématurée et même d'altération de la fonction cérébrale chez le fœtus est élevé.

Résultats de décodage

N'oubliez pas que seul le médecin doit déchiffrer tous les résultats des tests car nombre d'entre eux peuvent varier dans un sens ou dans l'autre. Par exemple, si une femme a des maladies chroniques, certaines données ne correspondent parfois pas à la norme, alors que la grossesse se déroule sans encombre.

Le coagulogramme comprend huit indicateurs clés. Sur eux, il est possible de révéler même de petites déviations.

Le fibrinogène est une protéine qui constitue la majeure partie d'un caillot sanguin au cours de la coagulation. Norme - 2–4 g / l. Chez les femmes enceintes - jusqu'à 6 g / l. Son augmentation indique une tendance à la thrombose. La réduction peut se produire avec la toxémie. En raison de la circulation utéro-placentaire, le taux de fibrinogène augmente avec chaque mois de grossesse et atteint un maximum au moment de l'accouchement.

Temps partiel de thromboplastine activé par APTTV. C'est l'intervalle pendant lequel le sang coagule. Chez une personne en bonne santé, il s’arrête pendant 24 à 35 secondes. Chez les femmes enceintes, cet intervalle est réduit à 17–20 secondes en raison d'une augmentation du fibrinogène.

Le temps de thrombine est la durée du dernier stade de la coagulation du sang. Normalement, il est 11-18 secondes. Étant donné que les femmes enceintes ont une plus grande quantité de fibrinogène dans le sang, le temps de thrombine est plus long. Des anomalies peuvent indiquer une fonction hépatique anormale.

La prothrombine est une protéine présente dans le plasma sanguin, précurseur de la thrombine, qui intervient dans la formation de caillots. Sa concentration détermine la densité du sang et sa capacité à se coaguler en temps voulu. De manière optimale - 78 à 142%. L'augmentation de ce facteur chez la femme enceinte est l'un des symptômes du décollement placentaire.

Les plaquettes sont des éléments de sang qui se forment dans la moelle osseuse. Pendant la grossesse, il peut y avoir une légère diminution. Mais si le chiffre est nettement inférieur à la normale, c'est un signe de la maladie. La carence en plaquettes est due à une nutrition insuffisante ou au développement d’un syndrome de CIVD en gestation - une atteinte du système hémostatique.

Le D-dimère est responsable du processus de thrombose. L'indicateur est important pour le diagnostic opportun de la thrombose. Chez une femme enceinte, il devrait croître progressivement. Mais le saut rapide indique la présence de diabète, prééclampsie, maladie rénale.

L'antithrombine III est une protéine qui peut ralentir la coagulation du sang. Si la future mère prend des médicaments visant à le réduire, son niveau devra être surveillé en permanence. Lorsque la déviation est de 50%, le développement de la thrombose est possible.

Le groupe d'anticorps spécifiques - montre la présence d'anticoagulant lupique. Normalement, ils ne devraient pas l'être. Cependant, si elles sont détectées, le médecin doit exclure les maladies auto-immunes et le conflit rhésus. La présence d'anticorps dans le sang peut aussi parler de prééclampsie, une pathologie dans laquelle l'état de la mère et de l'enfant s'aggrave.

Normes de coagulogramme pendant la grossesse en trimestres et décodage des indicateurs d'analyse

Dès qu'une femme tombe enceinte, toute sa vie devient différente. L'organisme est reconstruit, se prépare à la croissance du fœtus, la physiologie change, une vision absolument nouvelle de la vie émerge, l'état émotionnel est en train de changer.

Cependant, un autre point important concerne les consultations prénatales et les nombreux tests, y compris le coagulogramme, qui compliquent grandement la vie pendant la gestation.

De quel type d'analyse s'agit-il, à quelle fréquence et dans quel but - considérez ci-dessous.

Qu'est-ce qu'un coagulogramme?

Un coagulogramme (test de coagulation) est un test sanguin courant qui permet d'étudier sa capacité à se coaguler: il n'y a pas d'infraction sous forme de coagulation accrue ou diminuée.

Il est obligatoire, car il est utilisé pour étudier le système hémostatique et détermine également la propension de l'organisme de la future mère à la formation de caillots sanguins et de saignements affectant le développement pathologique de l'enfant, la naissance complexe ou prématurée, les fausses couches et d'autres troubles. Fournir les résultats du système d'hémostase sous une forme graphique s'appelle également un hémostasiogramme.

Lors de l'analyse du coagulogramme, vérifiez les indicateurs principaux et supplémentaires de la coagulabilité (présentés dans le tableau ci-dessous).

Violations lorsqu'un coagulogramme étendu est prescrit

  • Varices
  • Grossesse multiple
  • Fausse couche,
  • Pathologie du foie,
  • Mort foetale intra-utérine la dernière fois,
  • Violations du système cardiovasculaire,
  • Pathologie génétique du sang,
  • État après la chirurgie,
  • La forme complexe de toxicose,
  • Habitudes néfastes d'une femme dans une position
  • Pathologie des systèmes urinaire et endocrinien,
  • Gestose et insuffisance placentaire.

Coagulogramme norme pendant la grossesse

Le test de coagulabilité est un diagnostic important pour une grossesse normale. Les indicateurs du coagulogramme normal chez une femme enceinte sont présentés dans le tableau ci-dessous.

Table de coagulogramme P / n pendant la grossesse

Dans le tableau du coagulogramme, les valeurs normales des indicateurs, en fonction des résultats de l'analyse en laboratoire de la coagulation, donneront le résultat de l'isocoagulation.

L’isocoagulation est une définition qui signifie que l’état du système de coagulation est normal et que, par conséquent, la grossesse survient habituellement. Il n’ya donc pas de quoi s’inquiéter.

Si la gestose ou une autre violation du cours de la grossesse est confirmée, la coagulation se produit avec des déficiences, cela signifie que vous devez commencer le traitement immédiatement, sinon le syndrome de la coagulation disséminée intravasculaire (CIV) peut se développer.

Ce syndrome se produit par étapes.

  • L'hypercoagulation est la 1ère étape au cours de laquelle de nombreux caillots sanguins interfèrent avec la voie vasculaire normale entre la mère et le fœtus.
  • L'hypocoagulation est la deuxième étape, lorsque les caillots sanguins sont détruits en raison de l'affaiblissement des facteurs responsables de la coagulation.
  • L'accoagulation est la dernière étape de la coagulation du sang. Les saignements utérins deviennent dangereux pour la vie de la mère et de l'enfant.

Mais rappelez-vous, même si les résultats de l'analyse sont loin d'être normaux, mais que le coagulogramme a été réalisé à temps et que le traitement est effectué rapidement, de nombreux risques peuvent être éliminés.

La nécessité et la fréquence des tests de coagulation pendant la grossesse

Pour les femmes enceintes, le coagulogramme est une analyse extrêmement importante. Avec son aide, surveillez l'équilibre des systèmes de coagulation et d'anticoagulation.

  • Comme mentionné ci-dessus, l'absence d'un tel équilibre a des conséquences sur la santé de la future mère et du fœtus.
  • Un déséquilibre dans la direction du système anticoagulant peut provoquer une métrorragie, un décollement du placenta, une perte de sang pendant et après l'accouchement chez la parturiente et dans la direction de la coagulation - épaissit le sang, formant des caillots sanguins. Dans ce cas, un enfant qui reçoit exclusivement de l'oxygène du placenta, souffre de manque d'oxygène, développe une hypoxie, peut développer des pathologies cérébrales, une femme souffre de douleurs dans les jambes et développe des caillots sanguins, il peut également provoquer une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou une fausse couche.

La procédure de test est la suivante: il est préférable de mourir de faim avant de prendre du sang, c’est-à-dire de réussir une analyse à jeun. Du sang est prélevé dans une veine au niveau du coude, votre médecin déchiffre le résultat de l'hémostasiogramme.

Avec les indicateurs normaux, le diagnostic est effectué trois fois comme prévu:

  • Lors de l’enregistrement de la femme enceinte (habituellement 1 trimestre),
  • Au deuxième trimestre,
  • Une semaine ou deux avant la naissance, ce qui est particulièrement important pour les femmes qui sont prêtes à accoucher par césarienne.

En cas de complications ou de grossesse anormale, l'homéostasie est vérifiée beaucoup plus souvent afin de réagir adéquatement et de prescrire un traitement efficace.

Les indicateurs de la norme pour une femme en cette période en raison de changements physiologiques diffèrent quelque peu de ceux d'avant la conception, car le corps de la femme ajuste une autre circulation sanguine via le flux sanguin utéro-placentaire-fœtal (assurant une perte de sang importante). Par conséquent, seul votre médecin de compte peut diagnostiquer les résultats d'un coagulogramme.

Hémostasiogramme des indicateurs pendant la grossesse et interprétation des résultats

Qu'est ce qui détermine les indicateurs de coagulation:

Le fibrinogène est une protéine spéciale qui est le composant principal d'un caillot sanguin. Elle est produite par le foie chez une personne en bonne santé et est distribuée par le mouvement du sang dans tous les vaisseaux sanguins. S'il y a un endroit endommagé dans le vaisseau, alors cette protéine devient de la fibrine insoluble, qui devient le composant principal du thrombus, qui obstrue les dommages subis par le vaisseau, stoppant ainsi la sortie du fluide. Un tel thrombus avec un nombre normal d'éléments existera sur le site de la lésion jusqu'à ce que la plaie soit complètement guérie.

En cas de manque des facteurs 1 et 2, une métrorragie peut survenir et, s'ils sont excessifs, des caillots sanguins malsains apparaîtront - ceux qui se détachent et errent dans les vaisseaux, interférant avec la voie vasculaire libre.

Le taux de fibrinogène est mesuré en mg / dL ou en g / l, avec les g / l restants en mg / dL * 0,555 / 100. À la fin du terme avant la naissance, la valeur augmente légèrement. Et sa valeur inférieure ne devrait pas tomber sur un coagulogramme de 0,5 g / l, car il est très dangereux pour la santé.

Une augmentation des protéines peut causer:

  • Maladies inflammatoires,
  • Métabolisme des protéines,
  • Intervention chirurgicale avant prélèvement pour diagnostic,
  • Lésions cutanées dues à une température élevée (brûlure),
  • Augmentation de l'oestrogène
  • Un petit nombre d'hormones que la glande thyroïde doit produire.

Une diminution critique du fibrinogène (inférieur à 0,5 g / l) est dangereuse:

  • Le développement de DIC,
  • Manque de vitamines C et B12,
  • Dysfonctionnement du coeur ou du foie,
  • Complications post-partum
  • Leucémie promyélocytaire aiguë.

Il nécessite un traitement thrombolytique.

Le temps de thrombine est la période pendant laquelle le plasma se combine à la thrombine pour créer un caillot sanguin.

L'APTTV est une période de temps pour la création d'un caillot sanguin, utilisée pour vérifier le fonctionnement du système de coagulation et l'adéquation des facteurs plasmatiques dans le sang.

L'extension de l'intervalle de temps indique la présence d'une femme enceinte:

  • 2ème ou 3ème étape DIC,
  • Hémophilie A, B, C,
  • Production accélérée d'anticorps anti-phospholipides.

Un écart réduit peut causer:

  • 1ère étape DIC,
  • Thrombose
  • Blessure de la veine lors du prélèvement.

La prothrombine (facteur 2) est une protéine complexe, l'un des principaux facteurs de l'homéostasie, qui détermine la qualité de la coagulation du sang, qui est produite par le foie à l'aide de la vitamine K.

Selon le coagulogramme, son augmentation est dangereuse:

  • Caillots sanguins
  • Lésion du muscle cardiaque
  • Syndrome thromboembolique.

Une diminution de la prothrombine dit à propos de:

  • Le faible nombre de fibrinogène dans le sang et le développement de l’ipofibrinogénémie,
  • Une faible teneur en vitamine K chez l’enfant se manifeste par une diathèse hémorragique.
  • Le manque de prothrombine, provoquant des métrorragies.

La prothrombine augmente et diminue également en raison de la prise par la femme de médicaments qui ralentissent ou renforcent l'action de la coumarine.

Le temps de prothrombine (INR) est le moment où un caillot de thrombine est créé lorsque du calcium et des facteurs tissulaires pénètrent dans le sang.

Les anticoagulants du lupus sont des anticorps anti-phospholipides des classes M, G et Ig qui, dans le cas de pathologies du système immunitaire, sont conçus pour rompre l'étanchéité des membranes des plaquettes. Sa présence est dangereuse par les complications et les fausses couches.

Le complexe monomère de fibrine soluble (FDMK) est une consommation intermédiaire qui résulte de la scission des masses de fibrine, qui sont très difficiles à déterminer en raison de leur élimination précoce du plasma. Il est permis d'augmenter la norme de Rfmk au 2e trimestre et jusqu'à la fin du terme.

L’antithrombine III est une protéine dont le rôle principal est de prévenir l’hémostase et les caillots.

D-dimère est la période de formation de caillots sanguins et de clivage de la fibrine. Ce nombre augmente progressivement pendant la grossesse.

Conclusions

Un hémostasiogramme est d'une grande importance tant pour la vie que pour la santé d'une femme enceinte avec son bébé à naître. Et si le coagulogramme est normal, il n'y a alors rien à craindre, respectivement, il n'y a aucun danger pour la santé de la mère et du fœtus. Mais si les chiffres sont en dehors de la plage normale, alors vous devez consulter votre médecin le plus tôt possible pour obtenir des conseils.

L'essentiel n'est pas de paniquer, mais de subir tous les examens prescrits par votre médecin, afin d'adapter le traitement si nécessaire pour obtenir de bons résultats.

Coagulogramme pendant la grossesse - un devoir ou une nécessité?

Chaque femme enceinte passe une série de tests. Certaines sont obligatoires, d'autres sont traitées sous certaines indications. Des analyses de sang vous permettent d'évaluer le travail du corps de la femme et d'identifier à temps les complications possibles au cours de la grossesse. La liste des éléments nécessaires entre également dans l'analyse de la coagulabilité - un coagulogramme.

Pourquoi faire ce test pendant la grossesse

L'état du système circulatoire est un indicateur important de la santé d'une femme enceinte. Les écarts par rapport aux valeurs normales peuvent indiquer le développement de complications graves. Coagulogramme - une analyse qui montre le niveau de coagulation du sang (hémostase) dans le corps. En médecine, on l'appelle aussi "hémostasiogramme". C'est une étude assez complexe qui permet de déterminer le travail des systèmes de coagulation et d'anti-coagulation.

La grossesse implique de nombreux changements physiques et psycho-émotionnels. Le travail du système circulatoire des femmes ne fait pas exception. À ce stade, l'hémostase augmente. Le corps de la femme se prépare donc progressivement à l’apparition d’un cercle supplémentaire de circulation sanguine et à la perte de sang inévitable lors de l’accouchement.

Pour la future mère et le bébé, tout changement dans le coaguloram peut signifier le développement d'une pathologie. Avec un niveau d'hémostase réduit, une perte de sang importante et un décollement placentaire sont possibles Si l'indicateur est élevé, il existe un risque de formation de caillots sanguins (caillots sanguins), ce qui entraînera inévitablement une hypoxie fœtale. De plus, la tendance à la thrombose peut menacer le blocage des vaisseaux de l'artère pulmonaire. La thrombose des veines des membres inférieurs et des veines pelviennes est également possible.

C'est important! Une violation de la coagulation sanguine en l'absence d'une surveillance et d'un traitement appropriés peut entraîner une naissance prématurée ou une fausse couche.

Vidéo: les indicateurs importants de la coagulation sanguine

Dans quels cas l'analyse de la coagulabilité est-elle montrée?

Une analyse de routine est effectuée trois fois pendant toute la grossesse:

  1. Lors de l'inscription chez un gynécologue.
  2. À 22-24 semaines (deuxième trimestre).
  3. À 30–36 semaines (IIIe trimestre, peu avant l'accouchement).

Il convient de noter que le coagulogramme est effectué 1 fois par trimestre uniquement pendant la grossesse. Dans certains cas, des recherches supplémentaires sont recommandées. Cela se produit lorsqu'une femme est diagnostiquée ou soupçonnée:

  • maladies auto-immunes;
  • les varices;
  • maladie du foie;
  • conflit rhésus avec le père de l'enfant;
  • pathologies vasculaires, endocriniennes;
  • perturbation du système circulatoire,
  • perturbation du système urogénital;
  • prédisposition à des saignements ou à une augmentation de la coagulation;
  • fausse couche d'une grossesse précédente;
  • grossesse multiple;
  • violations du placenta;
  • anémie ou anémie ferriprive;
  • propension à la thromboembolie, crise cardiaque, accident vasculaire cérébral.

Les mauvaises habitudes de la future mère sont également une indication du contrôle constant de la coagulation du sang.

Un coagulogramme étendu peut être attribué à une femme enceinte. Cela se produit dans le cas de:

  • la présence de complications dans les trimestres I et III (œdème, augmentation de la pression);
  • prééclampsie (toxicose de la seconde moitié de la grossesse);
  • grossesse multiple;
  • grossesse après une longue stérilité;
  • prédisposition des femmes aux maladies du sang.

Si le médecin le juge nécessaire, l’étude de coagulabilité sera réalisée mensuellement.

Comment se préparer à la procédure

Le sang est prélevé dans une veine. Avant l'étude, il n'est pas recommandé de manger 8-12 heures. L'analyse est donnée uniquement le matin à jeun. Vous ne devriez pas non plus boire de café, thé, compotes et autres boissons. Il est permis de ne boire que de l'eau plate non gazeuse.

Avant l'étude, une femme doit se calmer, car il a été prouvé que la tension et le stress affectent le résultat.

Si une femme prend des médicaments, il est nécessaire d'informer le technicien à l'avance et d'écrire le nom des médicaments sur le formulaire d'analyse.

Vidéo: la bonne préparation pour le test sanguin

Décodage des indicateurs et taux

L'analyse de la coagulation contient huit indicateurs avancés:

  1. Le fibrinogène est une protéine produite par le foie. C'est l'élément principal de la thrombose. Grâce à la circulation utéro-placentaire, ses performances augmentent progressivement avec le jour de la naissance. Un écart par rapport à la norme indique le processus inflammatoire qui a lieu dans le corps d'une femme.
  2. Le temps de thromboplastine partielle activée (APTT) est la période au cours de laquelle un caillot de sang se forme. Chez les femmes enceintes, cette valeur diminue légèrement, ce qui est normal. Une diminution importante du niveau indique un risque de formation de caillots sanguins, une augmentation indique une prédisposition au saignement.
  3. Temps de thrombine (TV) - la période de la coagulation du sang. Avec la grossesse, cela augmente. Une déviation de la norme se produit souvent lorsque le foie est défaillant.
  4. L'anticoagulant contre le lupus est un indicateur de la production d'anticorps. Normalement, ils ne doivent pas être détectés dans le sang d'une femme enceinte. Leur apparition est généralement révélatrice de maladies auto-immunes, de prééclampsie et de la présence de caillots sanguins dans les artères et les veines.
  5. Les plaquettes sont des cellules sanguines qui participent activement au processus de coagulation et sont responsables de l'état du système hématopoïétique. Pendant la grossesse, leur niveau est légèrement réduit et une diminution significative indique la présence d’une maladie évolutive.
  6. D-dimères est un indicateur d'une procédure de thrombose. Pendant la grossesse, il augmente légèrement. Une forte croissance indique le développement d'un diabète, d'une maladie rénale ou d'une prééclampsie.
  7. L'antithrombine III est une protéine qui ralentit le processus de coagulation du sang. Une diminution de sa quantité signifie une tendance à former des caillots sanguins et une augmentation de son niveau signifie un risque accru de saignement.
  8. La prothrombine est un composant du plasma sanguin. L'élévation peut signaler un décollement placentaire.

Lors d’une grossesse normale, quatre indicateurs d’un coagulogramme suffisent généralement:

Si nécessaire, créez une image détaillée de la coagulation sanguine. Même un petit écart par rapport à la norme peut avoir des conséquences graves.

L'interprétation des résultats du coagulogramme est effectuée uniquement par un médecin, car des erreurs dans les indicateurs peuvent être associées à des maladies chroniques de la femme, à la malnutrition, à des médicaments.

Interprétation d'un coagulogramme pendant la grossesse (avec indication des normes)

Un coagulogramme (ou hémostasiogramme) est une analyse nécessaire pour évaluer la capacité du sang à se coaguler. Il est capable d'indiquer la tendance d'une femme enceinte à former des caillots sanguins ou des saignements, ce qui aide à prévenir le développement de pathologies de la formation du fœtus, du décollement du placenta et des complications à l'accouchement.

et avec coagulogramme étendu:

Indications et préparation au don de sang pour coagulogramme

Pendant la grossesse, trois dons de sang planifiés par coagulogramme sont fournis:

  1. Immédiatement après l'enregistrement pour la grossesse.
  2. En l'espace de 22 à 24 semaines.
  3. Dans l'intervalle de 30 à 36 semaines.

Le don de sang non programmé pour l'hémostase est effectué selon les indications:

  • infertilité antérieure prolongée;
  • fausse couche habituelle;
  • complications (grossesses multiples; grossesses résultant d'une FIV; ainsi que retard du développement prénatal du fœtus; prééclampsie précoce ou tardive; insuffisance fœto-placentaire);
  • varices chez la future mère;
  • hématomes (ecchymoses) après des blessures mineures, saignements de nez, saignements des gencives lors du brossage des dents;
  • tabagisme et autres mauvaises habitudes d'une femme enceinte;
  • la nécessité d'une évaluation du foie. Dans ce cas, l’hémostasiogramme permet d’évaluer le fonctionnement du foie en suivant la formation de facteurs du complexe prothrombique;
  • surveiller l'état du système de coagulation du sang chez les femmes qui ont été traitées pendant longtemps avec des anticoagulants directs (par exemple, l'héparine);
  • suspicion d'altération de la coagulation sanguine.

Pour obtenir des indicateurs fiables de la coagulation du sang, vous devez effectuer un hémostasiogramme à jeun. Il est déconseillé de prendre des aliments 8 heures avant le test, y compris boire du jus de fruits, du thé et du café. S'abstenir de manger des bonbons (y compris le chewing-gum avec du sucre). Vous ne pouvez boire que de l'eau pure sans gaz.

Une demi-heure avant de donner du sang, évitez de fumer si la future mère a une si mauvaise habitude. Et il est également déconseillé de forcer physiquement 30 à 40 minutes avant l'analyse. Sur le plan émotionnel, une femme doit être calme, seule une émotion légère est autorisée.

Le sang à analyser est prélevé dans une veine située dans le creux du bras.

Interprétation des indicateurs de coagulogramme

Avec un simple hémostasiogramme, identifiez nécessairement:

  • Prothrombine + INR
  • APTTV
  • Fibrinogène
  • Temps de thrombine

Le coagulogramme étendu est prescrit s'il y a des écarts dans le coagulogramme simple ou s'il est effectué immédiatement à la place de celui-ci. Ensuite, indiquez également:

  • Antithrombine III (AT3)
  • D-dimère
  • Anticoagulant lupique

La direction de l'hémostasiogramme étendu est donnée en fonction des indications. Ceux-ci comprennent:

  • fausse couche habituelle;
  • infertilité prolongée précédente;
  • mort foetale dans le passé;
  • grossesse multiple;
  • troubles sanguins héréditaires;
  • formes graves de toxicose (prééclampsie).

Le décodage de l'analyse produit le médecin traitant dans la clinique prénatale.

Les normes des indices de coagulogramme nécessaires au décodage des résultats de l'analyse

Prothrombine + INR

La prothrombine (facteur II) est l’un des principaux facteurs de la coagulation sanguine. Grâce à la détection en temps voulu des écarts de cet indicateur par rapport à la norme, le médecin est en mesure de prévenir le développement de thrombose, le détachement du placenta ou l’apparition de saignements lors de l’accouchement. C'est pourquoi il est souhaitable de réaliser un coagulogramme à chaque trimestre de la grossesse.

En outre, le niveau de prothrombine permet au médecin d’assumer la présence d’échecs dans le foie et le système digestif de la femme. Comment la prothrombine est-elle associée à ces organes? - vous demandez.

La réponse est: la prothrombine est produite dans le foie avec la participation de la vitamine K. Une partie de cette vitamine est produite par la microflore intestinale et l'autre est ingérée avec de la nourriture qui doit être digérée afin d'obtenir la vitamine K. convoitée.

Le tube digestif et le foie participent au processus digestif, car ils produisent de la bile pour le suc gastrique. Et si le niveau de prothrombine est abaissé, cela signifie:

1) le foie ne peut pas faire face à ses tâches;

2) absorption difficile de la vitamine K par le tractus gastro-intestinal (due par exemple à des maladies telles que l'entérocolite ou la colite ulcéreuse);

3) la production de vitamine K n'est pas entièrement due à une microflore intestinale altérée.

Dans ce cas, des tests sanguins supplémentaires sont attribués aux enzymes hépatiques (ALT et AST), qui font le plus souvent partie du test sanguin biochimique plus-plus, et les instructions pour un deuxième test sanguin et urinaire complet (éventuellement des fèces) sont écrites. Si nécessaire, des ultrasons peuvent être prescrits par ces organes ou d'autres tests de diagnostic.

Prothrombine de laboratoires modernes mesurée par Kviku (%). La valeur normale de la prothrombine est comprise entre 78 et 142%.

Certains laboratoires ne calculent que l'indice prothrombé (PTI). Sa norme dans différents laboratoires de son propre, il est nécessaire d'apprendre du laboratoire.

Des taux élevés de prothrombine (plus de 142%) peuvent être détectés lorsque:

  • propension à former des caillots sanguins. Ceux-ci incluent les états pré-infarctus et l'infarctus du myocarde, les états thromboemboliques, les taux élevés de globulines dans le sang et l'hypohydratation, causés par une augmentation de la viscosité du sang;
  • prendre des médicaments qui inhibent l'action de la coumarine (par exemple, la vitamine K) ou qui peuvent la réduire (méprobamate et corticostéroïdes).

Si la prothrombine est réduite (moins de 78%), alors elle est détectée:

  • hypofibrinogénémie, caractérisée par de faibles taux de fibrinogène dans le sang;
  • manque de vitamine K dans le corps de la femme (diathèse hémorragique chez le bébé);
  • manque de facteur de coagulation prothrombine, ce qui entraîne une femme enceinte a tendance à saigner.

L'acceptation par la future mère d'anticoagulants et de coumarines, ainsi que de médicaments renforçant leur action, entraîne également une diminution de la prothrombine dans le sang.

Le rapport international normalisé (INR) indique la vitesse à laquelle un caillot sanguin se forme. L'analyse visant à déterminer le niveau de prothrombine + INR est régulièrement prescrite aux personnes qui prennent des anticoagulants - des médicaments qui préviennent la thrombose.

Si la femme enceinte est traitée avec des anticoagulants directs, les résultats du coagulogramme doivent également indiquer la valeur de la relation normalisée internationale, que la femme doit informer à l'avance que le RIN est également calculé pour elle (RIN - Rapport normalisé international).

Si une femme n'est pas traitée avec des médicaments anticoagulants, la valeur de l'INR n'est généralement pas indiquée dans les résultats de l'analyse (elle n'est tout simplement pas calculée, car elle n'est pas nécessaire).

Le RNI d'une personne en bonne santé est compris entre 0,8 et 1,2. Mais selon la maladie et la tactique de traitement, la plage standard peut être différente. Par conséquent, pour chaque patient, la norme de cet indicateur est déterminée par le médecin traitant et est appelée «plage cible INR».

Si l'INR est inférieur à la normale, la dose de l'anticoagulant est insuffisante et le risque de thrombose reste élevé.

Si l'INR est supérieur à la normale, la dose d'anticoagulant sélectionnée est excessive et le risque de saignement est maintenant accru.

Ainsi, le calcul de l'INR est nécessaire pour ajuster la posologie du médicament prescrit afin de réduire le risque de formation de caillots sanguins.

APTTV (temps de thromboplastine partielle activée) est la période de temps pendant laquelle un caillot sanguin se forme.

En laboratoire, ce temps est déterminé par l'expérience suivante. Tout d'abord, le plasma sanguin est séparé, puis des réactifs y sont ajoutés (sel de calcium de l'acide chlorhydrique, mélange de kaolin et de kéfaline, etc.). Ceci simule le début du processus naturel de la coagulation du sang dans le corps humain.

A la suite de l'expérience, la présence de facteurs impliqués dans la coagulation ou leur déficit est établie. La présence de composants dans le sang qui ralentissent le processus de coagulation est également déterminée. Et, bien sûr, le temps pendant lequel un caillot de sang est formé est détecté.

La valeur normale de l'aPTT pour les futures mères est comprise entre 17 et 20 secondes.

Pour une femme non enceinte, le taux APTT est inclus dans le délai suivant 24,0 - 38,2 secondes.

APTT = 21 secondes ou plus. Si, après l'ajout de réactifs dans le plasma sanguin, un caillot se forme pendant plus de 20 secondes, cela indique une tendance aux saignements due à la présence d'une femme:

  • deuxième ou troisième phase de coagulation intravasculaire disséminée (CID);
  • hémophilie A, B, C;
  • augmentation de la production d'anticorps anti-phospholipides.

L’APTTV peut être amélioré dans le traitement de l’héparine par la future mère. Par conséquent, pour obtenir un résultat fiable, il est nécessaire d’annuler l’héparine 2 jours avant le test ou de donner du sang supplémentaire pour l’anticoagulant lupique et les anticorps anti-cardiolipine.

APTT = 16 secondes ou moins. Et si un caillot s'est formé en moins de 17 secondes, cela indique:

  • la phase initiale du syndrome de ICE, caractérisée par une coagulation sanguine accrue, lorsque des caillots se forment rapidement lors de blessures dans les gros vaisseaux sanguins et de caillots dans les plus petits;
  • thromboembolie ou thrombose;
  • teneur accrue en facteurs de coagulation activés;
  • blessure lors de la prise de sang pour analyse (l’analyse doit être reprise, il est préférable de prélever du sang dans la veine de la seconde main).

Fibrinogène

Le fibrinogène est un autre facteur de coagulation sanguine. Le fibrinogène (facteur I) est une protéine spéciale censée être considérée comme le composant principal d'un caillot sanguin. Chez les personnes en bonne santé, il est produit par le foie et distribué dans tout le système circulatoire. Sur le site de lésion de la paroi vasculaire, le fibrinogène est converti en fibrine insoluble, qui devient la base du thrombus. Ce caillot obstrue le vaisseau endommagé, stoppant ainsi le saignement.

Seulement avec un nombre suffisant de composants d'un caillot sanguin, un caillot sanguin est stable et reste sur le site de la lésion du vaisseau jusqu'à la guérison. En cas de pénurie de facteurs I et II, une personne est sujette à une hémorragie accrue et, si elle en excède, une thrombose se produit sans lésion (c’est-à-dire que des thrombi pathologiques se détachent des parois des vaisseaux sanguins et bloquent le flux sanguin).

Le fibrinogène est mesuré en mg / dl ou en g / l. Pour obtenir la valeur du composant en g / l, il est nécessaire de calculer par la formule:

  • jusqu'à environ la 12e semaine de grossesse, elle est comprise entre 2,00 et 4,00 g / l;
  • à partir de 3 mois jusqu'à la fin de la gestation, une augmentation de la fibrine jusqu'à 6,5 g / l est admissible;

Les niveaux de fibrinogène ne doivent pas descendre en dessous de 0,5 g / l. Il s'agit d'un taux critique de fibrinogène dans le sang.

L’augmentation des taux de fibrinogène peut indiquer:

  • l'évolution des maladies inflammatoires et infectieuses aiguës (par exemple, la grippe);
  • manque d'hormones produites par la glande thyroïde;
  • violation du métabolisme des protéines;
  • opération récente;
  • niveaux élevés d'œstrogènes;
  • brûlure étendue.

Un faible taux de fibrinogène (inférieur à 2,0 g / l) peut être dû à:

  • DIC;
  • manque de vitamines B12 et C;
  • toxicose;
  • insuffisance cardiaque;
  • leucémie promyélocytaire aiguë;
  • complications post-partum;
  • lésions hépatiques graves;
  • traitement thrombolytique.

Temps de thrombine

Le temps de thrombine (TB) est le temps pendant lequel un caillot se forme après le mélange de plasma sanguin et de thrombine. Pendant la grossesse, le taux de télévision varie de 10,3 à 25 secondes.

Une augmentation de la télévision (plus de 25 secondes)

  • faible taux de fibrinogène (jusqu'à 0,5 g / l);
  • pathologie hépatique due à la présence de défauts dans le fibrinogène au niveau moléculaire;
  • produit de thérapie fibrinolytique;
  • taux élevé de bilirubine dans le sérum sanguin;
  • la présence dans le sang d'anticoagulants directs dans le traitement de l'héparine ou d'autres médicaments similaires.

Low TV (moins de 10.3 sec.) Est observé quand:

  • taux élevés de fibrinogène dans le sang;
  • la phase initiale du développement de DIC.

Antithrombine III

L'antithrombine III (AT3) est une protéine complexe produite par les cellules vasculaires et hépatiques et qui inhibe le processus de coagulation du sang. Cela est nécessaire pour prévenir la formation accrue de caillots sanguins (caillots sanguins).

Dans l'AT3 normal est 70-120%.

Une AT3 élevée (plus de 120%) est observée avec:

  • hépatite aiguë;
  • la présence d'inflammation;
  • la cholestase;
  • pancréatite aiguë sévère;
  • traitement anticoagulant;
  • manque de vitamine K.

AT3 réduit (moins de 70%) peut être dû à:

  • déficit congénital en antithrombine III;
  • DIC aigu;
  • l'athérosclérose;
  • insuffisance hépatique chronique;
  • traitement à l'héparine;
  • obstruction du thrombus du vaisseau.

D-dimère

Le D-dimère est un indicateur qui caractérise le processus de formation de thrombus et de dissolution de la fibrine. Normalement, à la fin de la grossesse, il augmente 3 à 4 fois par rapport au niveau initial. Mais la montée des D-dimères devrait être progressive. Une croissance rapide peut indiquer des complications pendant la grossesse, une possible maladie rénale et un diabète sucré.

La norme de D-dimère dépend du laboratoire.

Pour le laboratoire indépendant Invitro et la clinique Euromed, les valeurs standard pour les femmes enceintes sont les suivantes:

  • Je trimestre - moins de 286 ng / ml;
  • II trimestre - moins de 457 ng / ml;
  • III trimestre - moins de 644 ng / ml.

La valeur de D-dimère ne devrait pas tomber en dessous de 33 ng / ml.

Pour la clinique AltraVita, le taux de D-dimères pendant la grossesse est différent:

  • I trimestre - de 0 à 525 ng / ml;
  • Trimester II - de 438 à 1200 ng / ml;
  • III trimestre - de 888 à 2085 ng / ml.

Le service de laboratoire "Helix" dispose de ses propres normes D-dimères pour les femmes enceintes:

  • avant la semaine 13, 0–0,55 mkg / ml;
  • Semaine 13-21 - 0,2-1,4 µg / ml;
  • 21-29 semaines - 0,3-1,7 µg / ml;
  • 29-35 semaines - 0,3-3 µg / ml;
  • Semaine 35-42 - 0,4-3,1 µg / ml.

µg / ml • 1000 = ng / ml

ng / ml • 0,001 = µg / ml

Par exemple, 500 ng / ml = 0,5 µg / ml.

L'augmentation de niveau est observée avec la présence de:

  • thrombose veineuse profonde, thromboembolie pulmonaire;
  • DIC;
  • infection, septicémie;
  • inflammation (avec une légère augmentation de la valeur du D-dimère);
  • maladie du foie;
  • hématomes étendus.

Après un traitement thrombolique ou une intervention chirurgicale (même après une extraction dentaire), la valeur du D-dimère peut augmenter. La toxicose tardive contribue également à l'augmentation de cet indicateur.

Anticoagulant lupique

Anticoagulant contre le lupus (VA) - anticorps qui empêchent la conversion de la prothrombine en thrombine. Lors d'une grossesse normale, la VA est absente. L'apparition d'anticorps parle de maladies auto-immunes (par exemple, lupus érythémateux disséminé, syndrome des antiphospholipides), lorsque le corps prend ses propres cellules comme des étrangères et commence à se battre avec elles. En règle générale, en présence de BA dans le sang, il y a aussi une augmentation de l'APTT.

Résultat réglementaire en secondes - 31-44 secondes.

La détection de BA survient lorsque:

  • occlusion vasculaire avec thrombus (thrombose, thromboembolie);
  • fausse couche persistante due au syndrome des antiphospholipides (APS);
  • colite ulcéreuse;
  • la polyarthrite rhumatoïde ou d'autres maladies auto-immunes;
  • la présence de maladies infectieuses (VIH, EBV, parvovirus B19, hépatite).

La VA peut être détectée dans le sang humain, mais en petites quantités jusqu'à 1,2 unité conventionnelle (dans certains laboratoires, jusqu'à 9 cu). Si l'anticoagulant pour le lupus est absent de façon conditionnelle, les résultats de l'analyse sont enregistrés «négativement», s'il est présent dans le sang - «positivement».

Le traitement aux anticoagulants peut conduire à un résultat faussement positif. Par conséquent, l'analyse de l'anticoagulant lupique doit être effectuée avant le traitement par l'héparine ou le traitement de substitution de l'héparine.

Si le hématogramme prolongé est réalisé pendant le traitement par l'héparine, vous ne devez pas faire attention à une VA positive.

En fonction de la quantité d'anticorps dans l'échantillon, un commentaire est attribué: "faiblement", "modérément" ou "significativement".