Brûlure de l'appendicite pendant la grossesse

Accouchement

De nombreuses femmes enceintes associent des douleurs dans la cavité abdominale à leur position, ce qui est souvent vrai. Mais c'est la grossesse qui peut déclencher une crise d'appendicite. Afin de ne pas vous prendre au dépourvu, vous devez clairement savoir comment se présente la maladie, quels en sont les symptômes et comment y faire face.

L'appendicite est une inflammation de l'annexe. Il est à noter qu'il y a beaucoup de femmes enceintes atteintes de cette maladie (environ 3,5%). L'appendicite aiguë chez les femmes dans la situation est un peu plus fréquente que les autres femmes.

Les causes du développement de cette maladie ne sont toujours pas connues des scientifiques. L'une des versions est un blocage de la lumière, qui existe entre l'appendice et le caecum. En raison du blocage, l’alimentation en sang du processus est perturbée, ce qui conduit à un œdème et au développement du processus inflammatoire.

Souvent, la grossesse est un facteur prédisposant à la manifestation de cette maladie. Cela est dû à la croissance de l'utérus, qui, en pressant le processus, perturbe son apport sanguin et, par conséquent, conduit à une inflammation.

Quels sont les symptômes de l'appendicite pendant la grossesse?

En médecine, il est d'usage de distinguer deux formes d'appendicite: catarrhale et destructive. Pour chacune de ces formes, un certain temps de développement de la maladie est nécessaire. La forme catarrhale de la maladie se développe en 6 à 12 heures, les formes destructrices peuvent se développer un peu plus longtemps, de 12 heures à deux jours, puis une perforation peut se produire, c'est-à-dire que le contenu de l'intestin peut pénétrer dans la cavité abdominale.

Il est impossible de nommer certains symptômes de l'appendicite chez la femme enceinte, car le corps de chaque femme est différent. Par conséquent, les changements dans le processus peuvent se produire différemment. De plus, toutes les annexes ne sont pas identiques.

Lorsque l'inflammation survient dans le processus même, sans affecter la cavité abdominale, la femme est généralement perturbée par une douleur dans la partie supérieure de l'abdomen, qui passe progressivement dans la partie inférieure droite de la cavité abdominale. Les symptômes de l'appendicite peuvent être des phénomènes tels que vomissements, indigestion, nausée.

Parfois, les douleurs sont mineures et surviennent dans toutes les zones de la cavité abdominale. Lorsque examiné par un médecin, la douleur peut ne pas être déterminée immédiatement et être détectée dans la zone située au-dessus de l'emplacement de l'utérus. De plus, les femmes enceintes éprouvent souvent des sensations douloureuses, couchées sur le côté droit, lorsque l'utérus exerce une pression maximale sur le processus enflammé.

Avec le développement du processus inflammatoire, la douleur commence à se manifester dans la région iliaque droite. Souvent, les sensations douloureuses se propagent dans les parties inférieure et supérieure de la cavité abdominale et même dans l'hypochondre. En règle générale, le degré de douleur dépend de la durée de la grossesse, c'est-à-dire que plus l'utérus exerce une pression sur l'appendice enflammé, plus les sensations sont douloureuses.

Il convient de noter que tous les symptômes caractéristiques des patientes atteintes d'une appendicite chez la femme enceinte peuvent être moins prononcés ou se manifester un peu plus tard.

Il est à noter que la nature de l'emplacement de l'appendice peut également affecter la douleur lors d'une inflammation d'appendicite: si l'appendice est sous le foie, la femme enceinte peut présenter des symptômes similaires à ceux de la gastrite: douleur à la partie supérieure de l'abdomen, nausées et même vomissements.

Avec une localisation basse de l'appendice, quand elle frise l'urètre, la douleur peut se perdre dans les jambes, le périnée, la femme peut avoir des mictions fréquentes, raison pour laquelle il est important de ne pas confondre l'inflammation de l'appendice avec la cystite.

Comment l'appendicite affecte-t-elle le fœtus?

Bien entendu, le développement de la maladie au cours du deuxième trimestre de la grossesse affecte le futur bébé. La complication la plus fréquente est la menace d'avortement à une date ultérieure. Les complications comprennent également les infections susceptibles de survenir au cours de la période postopératoire et l’obstruction intestinale.

Rarement, mais toujours, il y a des cas où les femmes enceintes avec une annexe peuvent se produire un décollement prématuré du placenta. En cas de diagnostic opportun de détachement et de traitement approprié, la grossesse peut être maintenue et complétée. En cas d'inflammation des membranes fœtales, une infection intra-utérine du bébé se produit et un traitement antibactérien obligatoire est requis. Plus sur les symptômes du décollement placentaire

Les complications surviennent généralement au cours de la première semaine après l'opération pour retirer l'appendice. En prophylaxie postopératoire, l’antibiothérapie est indiquée pour toutes les femmes enceintes.

Diagnostic de l'appendicite chez la femme enceinte

Pour diagnostiquer cette maladie doit docteur. En règle générale, la présence d'une appendicite chez une femme enceinte peut être indiquée par une température corporelle élevée, des douleurs (parfois très graves) au côté droit de l'abdomen lors de la marche ou même au repos. Souvent, lors de la palpation, la douleur augmente avec une légère pression sur l'abdomen, puis avec la main rétractée du médecin.

Il est également possible de diagnostiquer la maladie par analyse d'urine (une augmentation du nombre de globules blancs peut indiquer la présence d'une appendicite). Il convient de noter qu'une augmentation du nombre de leucocytes peut être causée par un processus inflammatoire ou une infection survenant chez une femme enceinte. C'est pourquoi il ne suffit pas de poser un diagnostic d'analyse d'urine.

L'une des méthodes les plus modernes et les plus fiables pour déterminer l'appendicite chez la femme enceinte est l'échographie, qui vous permet de voir une augmentation du processus et même un abcès. Mais il convient de noter qu'avec l'échographie, seule la moitié des patients peut voir l'annexe, ce qui donnera au médecin une conclusion précise sur le processus inflammatoire.

La laparoscopie est une autre méthode de diagnostic. Au cours de cette procédure, le médecin peut voir tous les organes de la cavité abdominale, y compris l’annexe. Si une appendicite est détectée, elle devrait être immédiatement éliminée. La laparoscopie est la méthode la plus précise pour déterminer de manière fiable la présence d'un processus inflammatoire dans la cavité abdominale.

C’est pourquoi, si une femme enceinte soupçonne une inflammation de l’appendicite, cela vaut la peine d’aller à l’hôpital, où elle sera surveillée en permanence, elle effectuera les tests et les diagnostics nécessaires et, si nécessaire, elle sera opérée pour éliminer le processus enflammé.

Comment l'appendicite est-elle supprimée?

Malheureusement, lors du diagnostic, le traitement n’est possible que par chirurgie. Maintenant, la chirurgie pour enlever l'appendicite chez une femme enceinte peut être réalisée à la fois de manière traditionnelle et avec l'aide de ponctions spéciales de la cavité abdominale.

Lors d'une opération standard, une incision cutanée est pratiquée sur la zone où se trouve l'appendice. La longueur de la coupe est d'environ 10 cm.

Le chirurgien examine l'appendice et la cavité abdominale autour de celle-ci pour exclure la présence d'autres maladies de la cavité abdominale. Ensuite, l'appendice est retiré, avec un abcès, il est desséché lors de l'utilisation de drains qui sont expulsés vers l'extérieur. Des sutures sont ensuite appliquées sur l'incision, qui sont retirées avec une période postopératoire normale en une semaine.

L'utilisation du système optique est un nouveau moyen de supprimer l'appendicite chez les femmes enceintes. Au cours de la laparoscopie, le médecin peut effectuer une opération pour retirer le processus à travers de petits trous dans la cavité abdominale au lieu d'une grande incision. Les avantages de cette méthode de traitement sont indiscutables: la douleur postopératoire est réduite et le rétablissement se fait beaucoup plus rapidement.

En outre, la laparoscopie procure un excellent effet cosmétique, facteur important pour la plupart des femmes. La laparoscopie vous permet de poser le diagnostic le plus précis possible lorsque le médecin doute de la présence d'un appendice chez une femme enceinte. Le retrait de l'appendicite laparoscopique est la méthode la plus optimale pour traiter l'appendicite chez les femmes enceintes.

Comment se passe la période postopératoire après le retrait de l'appendicite chez la femme enceinte?

La période postopératoire chez la femme enceinte nécessite l’attention de spécialistes, ainsi que la prévention des complications et de certains traitements. Après la chirurgie, les femmes enceintes ne reçoivent pas de glace sur le ventre, afin de ne pas nuire au cours de la grossesse, un régime spécial et doux est formé afin que la femme enceinte puisse se rétablir plus rapidement et que le retrait de l’annexe n’affecte pas la santé de son futur bébé.

Pour les femmes enceintes également, des moyens spéciaux sont fournis pour aider à normaliser les intestins dès que possible.

L'utilisation d'antibiotiques pendant la période postopératoire est une mesure nécessaire, mais il convient de noter que les médicaments sont sélectionnés avec soin par des spécialistes, en tenant compte de l'état de la femme et de la durée de sa grossesse.

La prévention du travail prématuré et de l’interruption de la grossesse étant également effectuée, il est recommandé de suivre le repos au lit, de bien manger, de prendre des vitamines et de suivre toutes les recommandations du médecin qui l’a traitée. Souvent prescrit un traitement spécial pour soutenir la grossesse, y compris les sédatifs.

Après sa sortie de l'hôpital, la femme enceinte est automatiquement inscrite sur la liste des femmes risquant l'avortement et l'accouchement précoce.

Le fœtus chez la femme enceinte opérée de l’appendicite est également examiné et surveillé de près. Les médecins suivent de près l'évolution de son développement, surveillent l'état du placenta. En cas d'anomalie dans le développement du fœtus ou la détérioration de la femme enceinte, celle-ci est envoyée à l'hôpital pour un traitement approprié.

Si un accouchement survient quelques jours après une intervention chirurgicale destinée à supprimer une appendicite, il est alors effectué avec une frugalité et un contrôle particuliers. Assurez-vous que les coutures ne disparaissent pas, produisez une anesthésie complète.

Au cours de l'accouchement, on met en place une prévention constante du déficit en oxygène intra-utérin chez le bébé. La période d'expulsion du fœtus est raccourcie en coupant le périnée, de sorte que les points de suture imposés lors de l'opération ne divergent pas.

Peu importe le temps qui s'est écoulé après l'intervention chirurgicale avant l'accouchement, l'accouchement aura lieu dans tous les cas sous la surveillance attentive de spécialistes afin d'exclure la survenue de complications, d'hémorragies postpartum et d'autres anomalies.

En tout état de cause, même si vous devez subir une opération chirurgicale pour supprimer une appendicite pendant la grossesse, ne vous inquiétez pas pour la santé du bébé. N'oubliez pas que l'état émotionnel de la mère est très important pour le fœtus mais, sinon, il vaut la peine de s'en remettre entièrement au personnel qui en assurera l'accouchement

Appendicite pendant la grossesse: symptômes, causes et traitement

Les signes typiques de l'appendicite, tels que des douleurs abdominales et des nausées, chez les femmes enceintes sont principalement associés à la grossesse. Mais si le temps ne fournit pas l'aide d'un expert, l'appendicite aiguë peut avoir des conséquences graves pour une femme et son bébé. La maladie en période de procréation a ses propres caractéristiques.

Quel est l'appendicite et ses caractéristiques chez les femmes enceintes

L'appendicite est une inflammation de l'appendice du caecum. Pendant la grossesse, la maladie touche environ 3% des femmes.

Plus l'âge gestationnel est long, plus le risque de complications de la maladie est élevé.

L'appendicite aiguë est une pathologie chirurgicale d'urgence très dangereuse pour les femmes enceintes. En cas d'assistance prématurée, assez rapidement, littéralement en quelques heures, de graves complications peuvent se développer.

Ceci est dû à plusieurs facteurs:

  • l'emplacement de l'annexe pendant la période de procréation;
  • atypique dans certains cas, symptomatologie, difficultés de diagnostic et retard dans la fourniture des soins chirurgicaux associés à ces faits.

La mortalité dans l'appendicite aiguë pendant l'accouchement est 10 fois plus élevée. La fréquence des erreurs de diagnostic augmente également plusieurs fois. Selon les statistiques, environ le quart des femmes enceintes n’arrivent à l’hôpital chirurgical que le deuxième jour après l’apparition de la maladie, ce qui est 2 fois plus élevé que chez les patientes normales.

Danger à des moments différents

La maladie est plus fréquente au cours de la première moitié de la grossesse, environ 75% des cas d’appendicite aiguë surviennent jusqu’à 22 semaines.

La forme non compliquée catarrhale est diagnostiquée chez plus de 60% des patients. Au cours des dernières semaines de procréation, des appendices destructeurs, des formes phlegmoneuses et gangréneuses se développent le plus souvent, ce qui peut conduire à une perforation du processus et au développement d'une péritonite (inflammation du péritoine).

La survenue d'une appendicite aiguë au cours de la grossesse aggrave son pronostic:

  • dans la forme normale et catarrhale, la fréquence des fausses couches et des naissances prématurées avec un résultat dysfonctionnel est d'environ 15%;
  • dans les formes destructives compliquées de péritonite, la mort fœtale survient dans 30% des cas. Cela est dû à la grave intoxication de la femme, à une nette détérioration de l'état général, ce qui rend le maintien de la vie du fœtus extrêmement difficile.

La pathologie peut provoquer diverses complications qui diffèrent selon la durée de la grossesse:

  1. En première mi-temps:
    • infection intra-utérine du fœtus;
    • avortement raté;
    • avortement spontané ou menace de naissance prématurée.
  2. En seconde moitié de grossesse, l'appendicite se complique:
    • travail prématuré;
    • chorionamnionite (inflammation des membranes fœtales);
    • infection intra-utérine du fœtus;
    • décollement placentaire.
Une des complications les plus fréquentes de l'appendicite en fin de grossesse est le décollement placentaire.

Après une opération visant à retirer une appendicite simple, une grossesse peut être planifiée trois mois après la date de l'opération. Si la maladie est compliquée par une inflammation du péritoine, une chorionamnionite ou un décollement du placenta, la question de la planification de la grossesse est tranchée individuellement.

Causes de l'appendicite chez la femme enceinte

L'inflammation des parois de l'annexe se produit en raison de troubles circulatoires, de microthrombus ou de spasmes de petits vaisseaux. Les raisons des mêmes défaillances dans la circulation sanguine sont les suivantes:

  1. Les courbes, les déplacements et les extensions de l'annexe. À mesure que l'utérus se développe, le caecum se disloque en même temps que le processus. Le tableau clinique diffère en fonction de la direction dans laquelle le changement s'est produit.
  2. Violations de l'évacuation du contenu du processus et du débordement de la lumière par des masses fécales. Cela est en partie dû à la courbure et au déplacement de l'orgue. Le rôle également joué par la restructuration du fond hormonal pendant la grossesse. L'augmentation de la quantité de progestérone réduit le tonus des muscles lisses de la paroi intestinale, ce qui conduit à la constipation, à la stagnation du contenu du processus et, par conséquent, à la création d'un environnement favorable à la reproduction améliorée des bactéries et au développement de modifications inflammatoires de la paroi intestinale.

Suite à l'action conjointe de ces facteurs, il se produit:

  • accumulation de contenu dans la lumière de l'annexe;
  • reproduction rapide de la microflore intestinale;
  • le spasme des vaisseaux sanguins avec le développement de l'œdème, la douleur et le dysfonctionnement, c'est-à-dire le développement d'une image de l'inflammation.

Les facteurs de risque d'inflammation de l'annexe sont:

  1. Tendance à la constipation fréquente (y compris avant la grossesse).
  2. Immunité réduite. Les femmes à risque de rhumes sont à risque.
  3. Troubles de l'alimentation - manger un repas sec, manger des aliments non digestibles (os de fruits).
  4. Maladies inflammatoires chroniques de l'utérus.
  5. Appendicite chronique, s'il y a eu au moins un épisode de colique appendiculaire dans le passé.

En raison de la nature du corps pendant la période de gestation, la forme destructive de l'appendicite peut se développer assez rapidement. Ceci est facilité par:

  1. Immunité globale réduite pendant la grossesse.
  2. Augmentation de la circulation sanguine dans le bassin et l'abdomen et propagation rapide de l'infection.
  3. Retard dans la fourniture des soins chirurgicaux en raison d'une mauvaise interprétation des signes de la maladie et d'un traitement inopportun dans un hôpital spécialisé.

Signes de

La maladie se déroule en plusieurs étapes. Les premiers signes d'une inflammation initiale de l'annexe, puis - catarrhale. Ces étapes durent de 6 à 12 heures. Si le patient ne reçoit pas d'assistance chirurgicale en temps voulu, dans les 12 heures qui suivent, les symptômes de la forme destructive se rejoignent.

Après le premier jour du début de la maladie, la perforation de l'annexe et la fixation de la péritonite (inflammation du péritoine) sont possibles.

Au cours des trois premiers mois de port d'un enfant, les symptômes de l'appendicite sont les mêmes que ceux observés en dehors de la grossesse.

Symptômes d'appendicite en début de grossesse (tableau)

Signe de

Forme destructrice (gangrenée ou phlegmoneuse)

Une attaque soudaine de douleur à l'estomac. Ensuite, la douleur est déplacée vers le bas-ventre droit.

La douleur au bas de l'abdomen droit augmente, les attaques deviennent plus fréquentes. La douleur peut être un zona ou des crampes.

se répand sur tout le ventre

Symptômes d'irritation péritonéale

fortement prononcés, les symptômes de l'inflammation péritonéale (péritonite) se joignent à la perforation du processus

Réaction générale du corps

La température corporelle et le pouls ne changent pas. Si l'anémie est grave, le pouls peut être augmenté. La santé globale ne souffre pas.

  • la température corporelle augmente proportionnellement avec la fréquence cardiaque accrue;
  • vomissements et selles molles;
  • développer des maux de tête, faiblesse.
  • la fréquence cardiaque augmente significativement plus que la température (symptôme de "ciseaux");
  • une forte détérioration du bien-être général;
  • maux de tête graves, faiblesse grave.

Caractéristiques des manifestations cliniques de la maladie aux deuxième et troisième trimestres

Aux deuxième et troisième trimestres de la grossesse, l'utérus en croissance occupe une partie importante de la cavité abdominale. Le caecum avec l'appendice sont déplacés.

L'utérus élargi ne permet pas la palpation complète de l'intestin et ne permet pas de déterminer les symptômes caractéristiques de l'appendicite, car ils sont associés à une douleur accrue lors du déplacement du processus.

L'accès limité à la palpation de l'appendice et à la raideur musculaire de la paroi abdominale antérieure en raison d'un allongement excessif conduit à un tableau clinique flou de l'appendicite. L'un des symptômes les plus importants de la maladie est la tension protectrice des muscles de la paroi abdominale antérieure, mais elle est très rarement détectée dans la forme catarrhale à la fin de la grossesse. L'apparition de ce trait au troisième trimestre indique le développement de la forme destructive de la maladie.

Pour l'appendicite, qui se développe au cours de la seconde moitié de la grossesse, les symptômes appendiculaires suivants (résultant du déplacement du processus enflammé à la palpation) sont caractéristiques:

  • augmentation de la douleur dans le bas-ventre droit lorsqu'une femme est couchée du côté droit;
  • douleur dans le bas-ventre droit en poussant l'utérus de gauche à droite;
  • Palpation douloureuse du bas-ventre droit lorsque la femme est du côté gauche;
  • augmentation de la douleur dans l'appendice lors de la flexion de la jambe droite en décubitus dorsal, ainsi que de la toux.

Comme les symptômes cliniques classiques pendant la grossesse ne présentent pas de manifestations prononcées, en particulier dans la seconde moitié du terme, les patientes entrent souvent à l’hôpital chirurgical avec un retard.

La douleur abdominale basse est principalement associée à la menace d'avortement.

Diagnostics

Le diagnostic est fait sur la base de:

  1. Anamnèse Où la douleur est survenue, où elle s'est déplacée, les changements d'intensité - augmentent ou non. Ont eu des nausées, des vomissements ou de la diarrhée.
  2. Inspection. Correspondance température et pouls, couleur de la peau et des muqueuses, raid sur la langue. La présence de symptômes appendiculaires ou de signes d'inflammation péritonéale.
  3. Données de laboratoire. Observation dynamique des modifications des paramètres sanguins: augmentation de la leucocytose (jusqu’à 15 * 10 ^ 9 / l) et de la RSE (jusqu’à 45 mm / h), apparition et augmentation du nombre de leucocytes à l’épaule. Si les indicateurs se détériorent, cela indique alors la progression du processus inflammatoire.
  4. Échographie. Elle est réalisée par la méthode de la compression dosée transabdominale. Ils tentent de rapprocher le capteur le plus possible de la zone du processus, en déplaçant délicatement le mémo et les boucles de l'intestin grêle. Lorsque cela se produit, une pression intestinale modérée et un déplacement de gaz de cette région. Dans le processus enflammé accumule fluide et épaissir les murs, ces signes deviennent visibles. Un diagnostic précis lors d’un examen transabdominal est établi dans environ 95% des cas. Pour les longues périodes de grossesse, cette étude est réalisée dans une position couchée sur le côté gauche. Pour diagnostiquer une appendicite aiguë, une échographie abdominale est réalisée.
  5. Etude du débit sanguin Doppler en annexe. Dans la forme catarrhale, les signaux d'amplification Doppler sont observés, ce qui indique une augmentation du flux sanguin. Avec les formes destructives, développant une nécrose de l'appendice, il n'y a pas de signaux dans ces zones altérées.
  6. Laparoscopie diagnostique. Elle est réalisée dans le cas où, selon les données de méthodes non invasives, il n'était pas possible de faire un diagnostic précis. Cette méthode est également utilisée pour le diagnostic différentiel de l'appendicite avec cholécystite aiguë ou pancréatite. À la laparoscopie, le processus enflammé est visible dans 100% des cas.
  7. Analyse d'urine. Utilisé pour le diagnostic différentiel avec une pathologie rénale.

Diagnostic différentiel

Comme l'appendicite aiguë chez la femme enceinte survient souvent de manière atypique, les symptômes cliniques sont exprimés de manière implicite. Lors du diagnostic, il est nécessaire de prendre en compte des symptômes similaires présentant les pathologies suivantes:

  1. Obstétrique - décollement placentaire, menace de fausse couche, grossesse extra-utérine.
  2. Autres organes - pyélonéphrite, coliques rénales, cholécystite, pancréatite, ulcère gastrique perforé.

Appendicite pendant la grossesse: symptômes, causes et traitement de la maladie

L'appendicite est une inflammation du processus du caecum, appelée appendice. Pendant longtemps, l’appendice a été jugé inutile. Maintenant, les scientifiques ont changé d'avis: après tout, cet organe est une «réserve» pour la microflore intestinale, grâce à laquelle il est restauré après une maladie.

Mais en cas d'inflammation de l'appendice, l'opération pour l'enlever est obligatoire, y compris pendant la grossesse, car sans intervention chirurgicale, un processus de rupture et une inflammation de la cavité abdominale se produiraient, entraînant la mort du foetus.

Figure 1 - Emplacement de l'appendice dans le corps d'une femme

Appendicite pendant la grossesse: est-ce possible?

Le risque de développer une appendicite pendant la grossesse est plus élevé que dans un état normal. La grossesse est donc un facteur d’apparition du processus inflammatoire en annexe.

Ceci est probablement dû au fait que l'utérus élargi déplace les organes abdominaux, les mettant sous pression. Une telle compression altère la circulation sanguine dans l'annexe, ce qui provoque son gonflement et son inflammation.

Une autre raison de l'apparition de l'appendicite chez les femmes enceintes est le fait qu'une grande partie de l'hormone progestérone est produite chez les femmes enceintes, ce qui détend les muscles lisses des organes internes, y compris les muscles du tube digestif. En conséquence, la nourriture est retardée et une constipation survient, provoquant le durcissement des selles. En raison de leur lent mouvement dans le gros intestin, ces calculs fécaux peuvent également pénétrer dans l'appendice, contribuant à son blocage et à son inflammation.

Quel est le danger d'appendicite aiguë pendant la grossesse?

En période de procréation, une femme doit écouter les moindres changements de santé. La réticence de la femme enceinte à consulter un médecin lorsqu'il existe des signes possibles d'appendicite entraînera des conséquences horribles.

Pour un enfant, une telle attitude indifférente se traduit par une privation d'oxygène (hypoxie) et un détachement prématuré du placenta. Le bébé risque la mort à cause de l'irresponsabilité d'une telle mère.

Une femme elle-même s'expose à un risque de développer une occlusion intestinale, un processus infectieux-inflammatoire du péritoine, une perte de sang importante, un choc septique et d'autres

Lorsque le processus est rompu, une césarienne est pratiquée quel que soit l'âge gestationnel; l'utérus et les trompes de Fallope sont prélevés.

Stades de développement de l'appendicite aiguë

La première étape de la médecine s'appelle le catarral. Elle se caractérise par une inflammation de l'appendice, des douleurs à l'abdomen (le plus souvent au nombril), parfois des nausées et des vomissements. Sa durée est de 6 à 12 heures.

Si, à ce stade, l'opération n'est pas réalisée, d'autres complications apparaissent sous la forme du deuxième stade (phlegmoneux), au cours duquel se produisent la destruction du tissu de l'appendice, l'apparition d'ulcères et l'accumulation de pus. Une douleur constante et douloureuse se déplace du côté droit, la température corporelle peut atteindre 38 ° C *. Ce stade d'appendicite aiguë dure environ 12 à 24 heures.

En outre, la nécrose des parois de l'appendice et sa rupture se produisent - le troisième stade (gangréneux). Les sensations désagréables peuvent disparaître pendant un certain temps, mais la toux provoque une douleur abdominale intense. La durée de la troisième phase de l'appendicite est de 24 à 48 heures.

La dernière étape est une rupture de l'appendice et une inflammation du péritoine (péritonite) due à la pénétration du contenu du processus dans la cavité abdominale. De plus, sans chirurgie, la situation est fatale pour les deux.

* N'oubliez pas que pendant la grossesse, la température corporelle normale est légèrement supérieure à celle d'une femme non enceinte et peut atteindre 37,4 ° C (pour certaines, jusqu'à 37,6 ° C).

Nous donnons les statistiques de la mortalité fœtale dans le processus d'inflammation du processus chez la mère.

Le tableau montre que la progression de la maladie augmente le risque de décès du bébé.

Par conséquent, il ne sera pas possible d'attendre et de s'allonger, et un traitement avec des remèdes populaires ne sera d'aucune utilité dans cette situation. Au moindre soupçon d'appendicite, vous devez immédiatement consulter un médecin ou appeler une ambulance. Ignorer les symptômes aura des conséquences désastreuses.

S'il y a suspicion d'appendicite, alors il est impossible:

  • posez un coussin chauffant sur l'estomac - pour que seuls les processus inflammatoires soient accélérés et que la chaleur ne puisse nuire à l'enfant;
  • prenez des antispasmodiques et des analgésiques - il est difficile à diagnostiquer, et lorsque le médecin sondera, il n’y aura pas de réaction adéquate;
  • quelque chose à manger et à boire - l’opération se fait à jeun, sinon le risque de complications augmente.

Symptômes d'appendicite pendant la grossesse

L'appendicite est atypique pendant la grossesse. Les vomissements et les nausées peuvent être absents.

Le symptôme principal de l'appendicite pendant la grossesse est une douleur du côté droit. L'emplacement de la douleur (voir Figure 2) et son intensité varient selon la période: plus la période de gestation est longue, plus la douleur est vive.

Aux premiers stades (le premier trimestre), en raison de l'absence de l'abdomen, une douleur est ressentie près du nombril, puis transférée vers la région iliaque droite. Avec la toux et la tension, il devient plus prononcé.

Au deuxième trimestre, l'utérus élargi déplace l'appendice de haut en bas, de sorte que la douleur est ressentie près du foie (du côté droit quelque part au niveau du nombril).

Aux dernières étapes de la grossesse, les sensations ressenties quelque part derrière l'utérus font mal. En outre, la douleur peut être donnée dans le bas du dos, du côté droit.

Figure 2 - Emplacement de l'annexe chez la femme enceinte, en fonction de la durée de la grossesse

Comment déterminer vous-même une appendicite? Les symptômes de l'appendicite pendant la grossesse sont flous en raison des changements naturels dans le corps de la future mère. Mais il existe deux méthodes scientifiques ou signes de la présence d'une appendicite chez une femme enceinte:

  1. Augmentation de la douleur en tournant de gauche à droite (symptôme Taranenko).
  2. Augmentation de la douleur dans la position du côté droit due à une pression exercée sur l'appendice utérin (symptôme de Michelson).
  3. Nausées, vomissements, avec indigestion (diarrhée) et douleur sourde et constante du côté droit.

Si l'appendice est situé près de la vessie, des symptômes de cystite apparaissent: mictions fréquentes, douleur au périnée, extension aux jambes.

Signes de péritonite (inflammation de la cavité abdominale): température corporelle élevée, pouls rapide, essoufflement, ballonnements.

Diagnostic et traitement de l'appendicite pendant la grossesse

Le diagnostic d'appendicite pendant la grossesse est quelque peu difficile. Habituellement, les rayons X détectent les calculs fécaux coincés à la place du passage de l'appendice dans le caecum. Mais pendant la grossesse, l'exposition aux rayons X est nocive, en particulier au début, car ces rayons violent la division des cellules embryonnaires, ce qui peut entraîner le développement de maladies du système nerveux fœtal ou la naissance d'un enfant gravement malade.

En ce qui concerne l'échographie, elle est utilisée uniquement pour exclure les maladies des organes génitaux internes de la femme, car la douleur dans l'inflammation de l'utérus et des appendices est souvent confondue avec la douleur dans l'appendicite. Bien, pour diagnostiquer l'appendicite, l'échographie n'est pas informative, car pendant la grossesse, l'utérus enfonce l'appendice profondément dans l'appendice, et l'appendice ne peut pas être visualisé.

Notez que les symptômes des maladies gynécologiques ne sont pas les nausées, les vomissements et la diarrhée. Ceci est caractéristique de l'appendicite et d'autres maladies du tractus gastro-intestinal.

Lorsque les médecins soupçonnent une appendicite, ils passent des tests sanguins et urinaires: tout processus inflammatoire augmente le contenu des lymphocytes dans ces substances à des valeurs élevées.

Eh bien, la principale méthode de diagnostic de l'appendicite est l'examen d'une femme enceinte par un chirurgien qui palpe (sent) l'estomac et interroge la patiente:

  • quelle est la gravité de la douleur (légère, insupportable);
  • si on le sent en marchant, en toussant ou en levant la jambe droite en position couchée;
  • quelle était la température du corps;
  • y avait-il des nausées, des vomissements, etc.

En raison de symptômes légers, les femmes en position risquent davantage d'être admises à l'hôpital aux derniers stades de la maladie. Il y a cinq fois plus de femmes enceintes atteintes d'une appendicite gangréneuse que de femmes non enceintes.

Le traitement de l'appendicite est un seul - appendicectomie (chirurgie pour enlever l'appendice). Coupez l’appendice de deux manières:

  • laparotomique - faire une incision de dix centimètres au-dessus du processus;
  • par laparoscopie - faire trois ponctions dans l'abdomen.

Pendant la grossesse, le deuxième type d’opération est souvent utilisé.
La laparoscopie est réalisée à l'aide d'un tube muni d'une caméra optique et de deux manipulateurs d'instruments. Cette technique ne laisse pas de traces, ce qui est important pour l'esthétique du corps féminin.

Opérer le patient sous anesthésie générale, de sorte que la future mère ne soit pas inquiète. Dans les dernières périodes, une césarienne d'urgence peut être réalisée.

Après l'opération, une gynécologue enceinte examine régulièrement la femme enceinte. Repos au lit prescrit. Vous ne pouvez vous lever que le jour 4-5.

Après la chirurgie, vous devez suivre un régime établi par un médecin. Les deux premiers jours, vous pouvez moudre de la bouillie, de la purée de pomme de terre, du bouillon de poulet et des produits laitiers. Après cela, les soupes, les omelettes sans huile, les côtelettes à la vapeur sont progressivement introduites dans le régime, mais les fruits frais ne sont inclus que le quatrième jour. Au bout de trois mois, on autorise les sucreries, les aliments frits, éventuellement les boissons contenant des gaz.

Le septième jour, les points de suture sont enlevés sans douleur (avec laparotomie). Les femmes enceintes ne mettent pas de glace sur le ventre, les bouillottes et autres biens.

Le personnel médical effectue la prévention des complications et des troubles du péristaltisme du tube digestif en prescrivant:

  • les tocolytiques - médicaments qui détendent les muscles de l'utérus et empêchent le travail prématuré;
  • vitamines renforçant l'immunité (tocophérol, acide ascorbique) nécessaires à la protection du fœtus;
  • antibiothérapie (durée de 5 à 7 jours);
  • les sédatifs;
  • physiothérapie.

Après la sortie, les femmes sont incluses dans le groupe à risque de fausse couche et de prématurité. Prévention de l'insuffisance placentaire.

Si l'accouchement a lieu peu de temps après le retrait de l'annexe, les médecins procéderont à une anesthésie complète et appliqueront un bandage sur les coutures en faisant tout avec une extrême prudence et un soin extrême.

Rappelez-vous qu'avec un traitement médical rapide, les conséquences pour la mère et l'enfant peuvent être évitées.

Appendicite pendant la grossesse

L'appendicite pendant la grossesse est une inflammation aiguë ou chronique de l'appendice qui survient chez une femme pendant la gestation, lors de l'accouchement ou immédiatement après. Elle se manifeste par une douleur soudaine constante ou paroxystique d'intensité différente dans l'abdomen droit, de la fièvre, des nausées, des vomissements. Diagnostiqué à l'aide d'un examen physique, d'une échographie transabdominale, de tests sanguins de laboratoire, d'une laparoscopie diagnostique d'urgence. Le traitement est rapide avec le retrait de l'annexe et le traitement ultérieur pour prévenir les complications et l'interruption possible de la grossesse.

Appendicite pendant la grossesse

L'appendicite aiguë est la pathologie chirurgicale abdominale la plus courante chez la femme enceinte. Il est détecté chez 0,05 à 0,12% des femmes ayant un enfant. L'incidence d'inflammation du processus appendiculaire pendant la grossesse est légèrement supérieure à celle des femmes non enceintes. Jusqu'à 19-32% des cas d'appendicite aiguë surviennent au 1er trimestre, 44-66% au 2ème, 15-16% au 3ème, 6-8% après la fin du travail. Il existe des cas sporadiques d'inflammation de l'appendice lors de l'accouchement. Le fait de traiter l’appendicite pendant la gestation en tant que type particulier de maladie est dû à l’érosion du tableau clinique et à son identification en fin de phase destructive, lorsque le pronostic s’aggrave pour la mère et l’enfant. Ainsi, chez les femmes enceintes, la forme inflammatoire gangréneuse est observée 5 à 6 fois, et perforative - 4 à 5 fois plus souvent que chez les femmes non enceintes. Ce sont des options destructives qui provoquent souvent l’interruption de la gestation et la mort du fœtus.

Causes de l'appendicite pendant la grossesse

L'inflammation du processus appendiculaire au cours de la gestation est due à l'activation pathologique de la microflore mixte qui vit dans la lumière intestinale. Les agents responsables de la maladie sont généralement des bactéries anaérobies ne formant pas de spores (cocci, bactéroïdes), moins souvent des staphylocoques, des entérocoques et des bâtons intestinaux. Pendant la grossesse, plusieurs autres facteurs contribuent au développement de l'appendicite:

  • Déplacement du caecum et de l'appendice. Sous la pression de l'utérus en croissance, les premières sections du gros intestin sont progressivement déplacées vers le haut et vers le bas. En conséquence, l'appendice peut se plier, s'étirer, sa vidange est perturbée et l'irrigation sanguine se détériore. La mobilité et le placement atypique du corps empêchent la restriction d'adhésion défensive de l'inflammation.
  • Constipation Près des deux tiers des femmes enceintes et une femme accouchée sur trois ont des difficultés à vider les intestins. Cela est dû à la détérioration du péristaltisme due à une diminution de la sensibilité de la paroi musculaire aux stimulants des contractions et à l'effet inhibiteur de la progestérone. En cas de constipation, le contenu du processus appendiculaire stagne et la virulence de la flore intestinale augmente.
  • Réduire l'acidité du suc gastrique. Bien que l'augmentation de l'acidité soit plus caractéristique de la grossesse, chez certains patients atteints de gastrite hypoacide chronique, le déplacement des organes internes entraîne une exacerbation de la maladie. Le suc gastrique cesse d'exercer une fonction protectrice, ce qui conduit à l'activation de la microflore du tractus gastro-intestinal.
  • Réactivité immunitaire altérée. L'immunodéficience physiologique relative est l'un des mécanismes permettant de protéger le fœtus du rejet par le corps de la mère. De plus, pendant la grossesse, il y a une redistribution des anticorps pour assurer l'immunité humorale de l'enfant. Un autre facteur est le réarrangement compensatoire du tissu lymphoïde du caecum.

Pathogenèse

Une combinaison de mécanismes occlusifs et non occlusifs joue un rôle dans le développement de l'appendicite pendant la grossesse. Dans près des deux tiers des cas, la maladie débute par une violation de la sortie du contenu de l'annexe due à la constipation, à la courbure et à l'hyperplasie du tissu lymphoïde. Dans une partie des femmes enceintes, l'appendicite devient le résultat de l'ischémie du processus de déplacement. L’étirement progressif des parois du corps sous la pression du mucus accumulé, des épanchements et des gaz le rend vulnérable aux dommages causés par les micro-organismes vivant dans les intestins. La situation est aggravée par les troubles circulatoires résultant du déplacement et de l'étirement de l'organe, ainsi que par la virulence initialement élevée de la flore dans le contexte d'une immunité réduite.

Sous l'action de la masse de toxines produites par les micro-organismes, la membrane muqueuse du processus (l'affect principal d'Asoff) s'ulcère. En réponse à l'action d'agents infectieux, une réaction inflammatoire locale commence par la libération d'un grand nombre d'interleukines et d'autres médiateurs. Au début, le processus d’inflammation est localisé dans l’appendice, mais la destruction de la couche musculaire entraîne la rupture de l’organe et l’atteinte du péritoine. Une caractéristique de l'appendicite pendant la grossesse est une généralisation plus rapide due au déplacement de l'appendice et à des troubles immunitaires.

Classification

La systématisation des formes de la maladie chez la femme enceinte correspond à la classification clinique générale utilisée par les chirurgiens domestiques. Il est basé sur les critères de gravité de la pathologie, de présence de complications et de particularités des processus morphologiques intervenant dans le processus appendiculaire. Selon la vitesse de développement, la durée et la gravité des symptômes distinguent les appendicites aiguës et chroniques (primitives ou récurrentes). D'un point de vue clinique, il est important de prendre en compte les formes morphologiques de la maladie, qui sont en réalité les étapes de son développement. Il existe de telles options pour l'inflammation, telles que:

  • Catarrhal Le processus inflammatoire implique la membrane muqueuse de l'annexe et sa couche sous-muqueuse. La forme la plus bénigne de la maladie, qui dure environ 6 heures et est diagnostiquée chez 13-15% des femmes enceintes.
  • Phlegmonous. L'inflammation s'étend à la couche musculaire et à la membrane séreuse. Le pronostic de l'appendicite devient plus grave. L'appendice à la cellulite est observé dans 70 à 72% des cas et dure de 6 à 24 heures.
  • Gangrenous. Elle se caractérise par une destruction partielle ou complète du processus appendiculaire. Pronostiquement, la forme la plus défavorable de la maladie. Détecté chez 12 à 17% des patients 24 à 72 heures après le début de l’inflammation.

L'augmentation comparative du nombre de formes appendiculaires phlegmoneuses et gangréneuses destructrices au cours de la période de gestation par rapport à la population principale est associée à une demande ultérieure d'aide médicale pour la suppression des symptômes cliniques. Pour une prédiction et une sélection plus précises des tactiques chirurgicales pendant la grossesse, il est raisonnable d'isoler les options d'inflammation compliquées qui forment un abcès péri-appendiculaire et d'autres abdominaux, une péritonite, une periappendicitis, une pyléphlébite et un sepsis abdominal.

Symptômes d'appendicite pendant la grossesse

Au cours du premier trimestre, les symptômes de la maladie sont presque les mêmes que ceux observés en dehors de la période de gestation. Le patient ressent habituellement une douleur coupante soudaine à droite dans la région iliaque, qui est de nature permanente ou paroxystique, peut irradier vers le bas de l'abdomen et le bas du dos. Parfois, la douleur survient d'abord dans l'épigastre et ensuite seulement dans un endroit typique. Nausées, vomissements, trouble ponctuel des selles, distension abdominale, hyperthermie, tensions des muscles abdominaux, sensation de manque d’air sont possibles. Un recours ultérieur à un spécialiste peut être dû à l'explication des troubles dyspeptiques par toxicose précoce et douleur pelvienne - par la menace de fausse couche.

La spécificité des manifestations de la maladie dans les trimestres II-III est associée à un déplacement de l’appendice, à un syndrome douloureux moins prononcé et à l’étirement des muscles de la paroi abdominale antérieure, ce qui complique l’identification des symptômes d’irritation péritonéale. Le syndrome douloureux est plus souvent modéré, la plupart des patientes l'associent à une grossesse en développement. Habituellement, la douleur se situe du côté droit de l'abdomen, plus près de la zone sous-costale. On observe une température sous-fébrile, parfois des nausées et des vomissements uniques. La tension des muscles tendus est difficilement capturée. Parmi tous les symptômes péritonéaux, les symptômes d’Obraztsov (douleur accrue dans la région iliaque droite lorsqu’on soulève la jambe droite tendue) et Bartome-Michelson (douleur accrue lors de la palpation du caecum dans la position de la femme enceinte du côté gauche) sont plus prononcés. En général, contrairement à l'appendicite chez les femmes non enceintes, le tableau clinique est souvent atypique, ce qui complique le diagnostic.

Dans l'accouchement, la pathologie est extrêmement rarement observée, caractérisée par une évolution défavorable. Le syndrome douloureux et la tension des muscles de l'abdomen, caractéristiques de l'appendicite, sont masqués par des contractions. Une hyperthermie, un affaiblissement ou une décoordination du travail, la préservation et même une douleur accrue dans la moitié droite de l'abdomen pendant la période interstitielle peuvent être à l'origine d'une inflammation de l'appendice. Après l'accouchement, on note généralement une évolution typique de l'appendicite avec douleur, nausée, vomissements et fièvre. Cependant, la tension musculaire est moins prononcée, car les muscles de l'abdomen n'ont pas complètement retrouvé le tonus après la grossesse.

Des complications

Le fait de ne pas diagnostiquer une appendicite aiguë et de retarder le retrait d'un appendice enflammé entraîne une perforation du processus et le développement de formes compliquées de la maladie - péritonite avec intoxication grave, piloflebitis, abcès de la cavité abdominale, choc septique. Une irritation de l'utérus enceinte avec des métabolites inflammatoires et des adhérences formées, de la fièvre, une augmentation de la pression intra-abdominale, des blessures aux instruments, un stress psycho-émotionnel dans 2,7-3,2% des cas provoquent une fausse couche précoce et une naissance prématurée tardive.

Après appendicectomie, risque de décollement du placenta normalement localisé, infection intra-utérine du fœtus, développement de chorioamnionite, hypoxie du fœtus, anomalies du travail, saignements hypotoniques lors de l'accouchement et augmentation du post-partum. Selon divers gynécologues-obstétriciens, le décès d'un enfant souffrant d'appendicite non compliquée est observé dans 2 à 7% des cas. En cas de rupture du processus, il atteint 28 à 30% et atteint 90% avec la péritonite. La mortalité maternelle dans l'inflammation aiguë de l'annexe est de 1,1%, ce qui est 4 fois plus que chez les patientes sans grossesse.

Diagnostics

Le diagnostic correct de l'appendicite au stade préhospitalier n'est établi que dans 42,9% des cas de la maladie; chez d'autres patients, la menace d'avortement est présumée. Le diagnostic tardif et la chirurgie retardée aggravent le pronostic de l'inflammation. L'examen physique chez les femmes enceintes est moins instructif. Lors de l'utilisation des méthodes de diagnostic traditionnelles chez les patientes présentant une possible appendicite, il est nécessaire de prendre en compte un certain nombre de caractéristiques causées par les spécificités de la période de gestation:

  • Test sanguin général. La valeur diagnostique du diagnostic de laboratoire de l'appendicite pendant la grossesse est faible. Une augmentation de la vitesse de sédimentation érythrocytaire et une leucocytose caractéristiques de la maladie peuvent être observées au cours de la gestation physiologique. Il est recommandé d’évaluer les résultats obtenus au fil du temps. À propos de l'inflammation probable de l'annexe montre une augmentation rapide des changements inflammatoires dans le sang.
  • Echographie de la cavité abdominale. Normalement, l'appendice vermiforme n'est pas visualisé. Dans l'appendicite, il s'agit d'une formation hyperéchogène, non restructurante, d'un diamètre de 6,0 à 10,0 mm et d'une paroi épaissie émanant du caecum. La sensibilité de la méthode atteint 67-90%. Si nécessaire, les ultrasons sont complétés par une dopplerométrie, qui permet de détecter la zone inflammatoire de la cavité abdominale.
  • Laparoscopie diagnostique. Bien qu’à l’aide d’un endoscope, l’appendice puisse être entièrement visualisé dans 93% des cas, l’utilisation de cette méthode est soumise à un certain nombre de limitations. Habituellement, la procédure est prescrite pour une inflammation atypique avant la 16-18e semaine de grossesse et après l'accouchement. Dans la seconde moitié de la gestation, un utérus élargi empêche un examen efficace de l'appendice et du dôme du caecum.

Compte tenu des données cliniques et des résultats de la recherche, une appendicite aiguë survenue pendant la grossesse peut être identifiée dans 57,0 à 83,5% des cas. En fonction du diagnostic différentiel d'âge gestationnel de l'appendicite a été réalisée au début toxicosis, menace de fausse couche, grossesse extra-utérine, pielitah enceinte, les jambes de torsion de kyste de l'ovaire, gastrite aiguë, perforation de l'ulcère de l'estomac ou un ulcère duodénal, cholécystite, pancréatite, coliques néphrétiques, pyélonéphrite. Pour les soins d'une femme enceinte avec une suspicion d'inflammation de l'annexe doit inclure un chirurgien. Selon les indications, le patient est conseillé par un gastro-entérologue, un hépatologue, un urologue, un néphrologue, un anesthésiste et un réanimateur.

Traitement de l'appendicite pendant la grossesse

Si un signe d'inflammation du processus appendiculaire est détecté chez une femme enceinte, une hospitalisation urgente et une appendicectomie sont indiquées, quelle que soit la période de gestation. La durée d'observation du patient ne doit pas dépasser 2 heures, période pendant laquelle il est nécessaire d'effectuer un diagnostic différentiel et de déterminer l'étendue de l'intervention chirurgicale. Les principaux objectifs thérapeutiques de l’appendicite chez une femme enceinte sont les suivants:

  • Appendicectomie La chirurgie laparoscopique est préférable jusqu'à 18 semaines après l'accouchement. Dans d'autres cas, une laparotomie est réalisée au travers d'une incision médiane inférieure ou d'un accès modifié correspondant à la localisation hypothétique du caecum déplacé avec le processus appendiculaire. Au cours de l'opération, il est nécessaire de créer les conditions d'une révision complète de la cavité abdominale et de son drainage en fonction des indications. Si une appendicite est diagnostiquée lors de l'accouchement, pendant le travail normal et en cas d'inflammation catarrhale ou phlegmoneuse de l'annexe, l'intervention est effectuée à la fin du travail et la période d'expulsion est raccourcie. La présence d’un processus clinique gangreneux ou perforant indique une césarienne simultanée et le retrait de l’annexe enflammée.
  • Prévention des complications et de l'avortement. Pour l’élimination de la parésie intestinale postopératoire, chez les femmes enceintes ayant subi une appendicectomie, il est interdit de prescrire de la prozérine, des lavements hypertoniques, une solution hyperosmotique de chlorure de sodium pouvant provoquer une réduction du myomètre. En général, la diathermie du plexus solaire est utilisée pour restaurer le péristaltisme intestinal au tout début de la gestation et dans la région lombaire tardive. Au cours du premier trimestre de la grossesse, les antispasmodiques sont utilisés à des fins prophylactiques, les progestatifs, si nécessaire, et les tocolytiques, aux deux ou trois trimestres. Pour prévenir les complications infectieuses et inflammatoires, des médicaments antibactériens sont présentés. Le volume de la thérapie antibiotique après la chirurgie est déterminé par la prévalence du processus.

Pronostic et prévention

Le pronostic de la maladie dépend du moment de sa détection, de la durée de la grossesse, de la rapidité avec laquelle une décision est prise quant à l'opération et de l'exactitude du support de la grossesse dans la période postopératoire. Plus le traitement est tardif, plus la probabilité de perdre l'enfant et l'évolution compliquée de l'appendicite sont élevées. Avec une augmentation de la période de gestation, la probabilité de décès chez une femme enceinte augmente, et après 20 semaines, la fréquence des interruptions de gestation est multipliée par 5. Bien que la prévention primaire de l'appendicite n'ait pas été développée en détail, il est recommandé de corriger le régime pendant la grossesse pour assurer une bonne digestion et prévenir une éventuelle constipation, le respect du régime à l'exception des repas excessifs, une activité physique adéquate et le traitement opportun des maladies gastro-intestinales chroniques. Avec l'apparition soudaine de douleurs abdominales inhabituelles, une consultation urgente avec un obstétricien-gynécologue ou un chirurgien est nécessaire pour le diagnostic précoce de la maladie et la prévention des complications.

Appendicite pendant la grossesse: que faire

Méthodiquement, le retrait de l'appendice du caecum n'est pas un processus difficile, cependant, il existe de nombreux facteurs qui compliquent l'intervention médicale dans le corps. La grossesse est un facteur qui complique les choses, en particulier à un stade avancé, car aucun médecin ne peut garantir la sécurité de la future mère et de son bébé. L'appendicite pendant la grossesse devient un véritable défi du destin, avec lequel la femme enceinte et son médecin doivent être pris en charge à temps.

Causes de l'inflammation

La cause de l'inflammation de l'appendice dans la plupart des cas est la même: il s'agit d'une réaction aiguë au développement abondant de la microflore intestinale. Composé d'un grand nombre de ganglions lymphatiques, le corps réagit instantanément à une modification des indicateurs microbiologiques par un processus inflammatoire, avec une légère augmentation du titre des bactéries.

Fondamentalement, une infection mixte par plusieurs groupes de bactéries anaérobies (streptocoques, staphylocoques, diplocoques, Escherichia coli) entraîne une inflammation. La grossesse n’est pas une indication de l’apparition d’une pathologie, mais il existe une tendance directe au développement chez les femmes. La restructuration globale du corps de la future mère y contribue, ce qui entraîne souvent une augmentation du péristaltisme de l'annexe, sa flexion, la stagnation des masses fécales, typique en violation d'un régime alimentaire sain. Dans cet état, le processus intestinal crée des conditions idéales pour une microflore dangereuse.

La cause d'une appendicite aiguë chez les femmes enceintes peut aussi être une malnutrition chez la femme enceinte. Avec une consommation excessive d'aliments riches en protéines animales, le corps crée des conditions idéales pour la reproduction rapide de bactéries nocives.

Les symptômes

En ce qui concerne le fonctionnement spécial du corps chez les femmes, la position des symptômes de la maladie est quelque peu différente des indicateurs standard. Ceci est dû au déplacement du processus du caecum lors de l'étirement de la paroi abdominale. Par conséquent, il est important d'identifier les symptômes caractéristiques de l'inflammation dans le contexte général de l'état de santé défavorable de la future mère. Ceux-ci comprennent principalement:

  • des nausées et des vomissements, habilement masqués par la position caractéristique d'une femme présentant une toxicose;
  • douleur abdominale, localisée au premier trimestre dans la région iliaque droite. À des périodes ultérieures, ils peuvent être localisés beaucoup plus haut que l'appendice et même entraîner une gêne dans le bas du dos ou la colonne vertébrale;
  • essoufflement et difficulté générale notable à respirer;
  • forte tension et ballonnements, ce qui augmente avec la palpation simple;
  • la température corporelle totale du patient a augmenté à 37–38 degrés;
  • palpitations cardiaques;
  • plaque blanchâtre épaisse sur la langue;
  • troubles de la miction (symptôme rare, mais quand il apparaît, une femme doit faire particulièrement attention à son bien-être).

Impact sur le foetus

S'il y a des signes d'appendicite chez une femme pendant la grossesse, la prochaine question importante pour la future mère est de savoir comment cette condition affectera l'enfant. Affirmer que la maladie n'affectera pas le bébé n'est pas possible. À partir du deuxième trimestre, le processus inflammatoire de l'intestin peut entraîner la perte du fœtus, mais le plus grand risque de fausse couche n'est réel qu'à partir du troisième trimestre.

Il existe des cas où la maladie peut provoquer la pathologie la plus terrible - le décollement placentaire. Au cours de ce processus, le tissu conjonctif, également appelé placenta, est séparé prématurément des parois de l'utérus, ce qui entraîne une perte du fonctionnement naturel de cet organe. Cette violation menace directement la vie de l'enfant. Ce phénomène est particulièrement dangereux après la 20e semaine de grossesse car pendant cette période, la possibilité d’auto-guérison des tissus est perdue. Le taux de mortalité fœtale est de 1 cas sur 6.

Également, dans l'inflammation de parties du caecum, une infection des membranes fœtales des organes reproducteurs est possible, ce qui entraîne la contamination de l'enfant par la microflore pathogène, qui entraîne une charge supplémentaire de médicaments antibactériens. Ce phénomène survient principalement après le retrait chirurgical de l'appendicite et nécessite un traitement réparateur obligatoire.

Diagnostics

Diagnostiquer la pathologie du caecum est assez difficile. Comme mentionné ci-dessus, l'état particulier du corps féminin pendant la grossesse peut être trompeur, même par un médecin expérimenté. Les médecins soupçonnent déjà une telle pathologie lorsque le patient se plaint de douleurs dans l'abdomen et ses environs, même au repos, en particulier lorsqu'elles sont accompagnées d'une température corporelle élevée. Dans ce cas, effectuez une palpation de l'abdomen. Si, lorsqu'elle est pressée, la douleur s'intensifie ou est donnée dans le voisinage, le médecin fait état d'un soupçon supplémentaire de dysfonctionnement du processus. La prochaine étape est l'analyse d'urine. Un signe de pathologie est l'augmentation du contenu en leucocytes au cours de la microscopie, ce qui indique un processus inflammatoire puissant dans le corps. Cependant, cette analyse n'est pas indicative, car les leucocytes dans l'urine augmentent en raison d'une inflammation ou d'une infection, ce qui explique pourquoi une telle analyse ne sera pas suffisante.

L'échographie est le moyen le plus moderne de diagnostiquer une pathologie. À l'aide de l'appareil à ultrasons, le diagnosticien peut facilement déterminer les modifications de la taille et de l'épaisseur de l'appendice, jusqu'au diagnostic d'un abcès. Cependant, l'échographie ne donne le résultat attendu que dans la moitié des cas, puisque l'équipement ne peut voir le processus du caecum que chez la moitié des patients. La laparoscopie est l'une des méthodes les plus précises de contrôle en laboratoire et au moyen d'instruments. Ce n’est qu’avec son aide que le diagnostiqueur peut déterminer l’état des organes abdominaux et leur pathologie. Au cours de la procédure, une caméra spéciale est introduite dans le corps, ce qui montre ce qui se passe à l'intérieur du moniteur du médecin. La laparoscopie est actuellement la seule méthode qui détermine le plus précisément l'inflammation dans la cavité abdominale.

Est-il possible de couper pendant la grossesse

C’est l’une des questions les plus discutées dans presque tous les forums médicaux. Aucune femme enceinte ne veut avoir de problèmes d'appendicite pendant la grossesse avec des conséquences pour l'enfant. Couper un appendice douloureux à une femme enceinte est non seulement possible mais nécessaire. Aujourd'hui en thérapie, il n'y a pas d'autres méthodes de traitement de cette pathologie. Le retrait ne doit pas avoir peur, car il s’agit d’une opération simple et sûre, dont les effets secondaires sont minimisés. Mais le retard dans le retrait peut affecter négativement la santé de la mère et de son bébé. Une inflammation constante peut devenir chronique et impliquer d'autres organes et systèmes, même des fausses couches, même au cours de périodes ultérieures. Cumuler dans le processus de décharge avec un titre élevé de bactéries pathogènes peut conduire à une infection du fœtus, ce qui peut également mettre toute la grossesse en échec.

Méthodes de traitement

Comment déterminer l'appendicite au cours de la grossesse, nous avons compris, cela devrait être traité avec les principales méthodes d'élimination de la maladie. Comme mentionné ci-dessus, il est impossible de guérir le processus enflammé, ce type de pathologie prévoit son élimination complète par une intervention chirurgicale dans le corps. À ce stade, il convient de déterminer de quelle manière cela peut et doit être fait.

Fonctionnement standard

Avec ce type de chirurgie, une incision d'environ 10 cm de long est pratiquée près de l'objet à retirer, à travers laquelle le médecin retire l'appendice enflammé, puis suture plusieurs points de suture. De plus, dans le cas d'un abcès, un système de drainage est appliqué sur une nouvelle plaie. À l'aide de tuyaux de drainage en caoutchouc, la zone à problèmes est asséchée. En cas de rééducation favorable, les médecins peuvent retirer les points de suture de l’incision 7 à 10 jours après l’opération. Ce type de chirurgie est standard dans la plupart des cas, mais il présente un défaut esthétique important, à savoir une cicatrice perceptible à vie dans le coin inférieur de l'abdomen. En tant qu'option la plus bénéfique sur le plan cosmétique, la chirurgie laparoscopique gagne en popularité ces dernières années.

Laparoscopie

Au cours de la laparoscopie, le patient, comme dans le premier cas, reçoit des soins médicaux de qualité, mais il n’ya pas d’introduction brusque dans le corps. Avec ce type de manipulation, le patient fait un ou plusieurs petits trous dans le corps à travers lesquels, à l'aide d'outils spéciaux, le médecin examine et supprime la zone problématique de l'intestin dans la cavité abdominale. Cette procédure est pratiquement indolore et ne nécessite pas une grande quantité d'analgésiques. Le principal inconvénient de la laparoscopie est un équipement médical assez coûteux, qui n’est pas disponible dans toutes les institutions médicales.

Rééducation postopératoire

Après le retrait de l'annexe, l'heure est à la rééducation. Au cours de cette période, une femme enceinte est sous surveillance médicale constante en raison du risque élevé de complications graves. Les médecins choisissent une voie de rééducation économe, dans laquelle les moyens standard et les médicaments sont remplacés par des médicaments plus souples. Dans ce cas, il est possible de minimiser l'impact négatif du traitement sur le fœtus.

Comment sont la naissance

Dans la plupart des cas, après le retrait de l'annexe, l'accouchement se déroule de manière sûre, surtout si l'opération a eu lieu au bout d'un mois et demi ou même plus tôt. Mais la femme en couches fait automatiquement l'objet d'une attention supplémentaire de la part du corps médical. Le fruit et le cours de son développement sont soumis à un contrôle maximal. En cas de changements pathologiques, la femme enceinte est immédiatement envoyée à l'hôpital. Lorsque l'accouchement a lieu quelques jours après l'opération, il est effectué avec le plus de soin possible, en contrôlant l'état de la nouvelle blessure et l'intégrité des sutures. La prévention vise également à éliminer le manque d'oxygène chez l'enfant et à raccourcir la période d'expulsion du fœtus. car cela réduit le risque de rupture des coutures appliquées.