Facteur Rh négatif pendant la grossesse - pas une phrase

Les douleurs

Lors de l'inscription en consultation, chaque femme enceinte subit un examen diagnostique comprenant la détermination du groupe sanguin et des accessoires Rh. Le facteur Rh peut être positif ou négatif. La grossesse avec rhésus négatif est souvent une source de préoccupation en raison du risque de complications possibles.

Un facteur Rh négatif pendant la grossesse peut provoquer le développement de multiples pathologies du fœtus dans le cas où le sang du père de l'enfant est Rh-positif. Cela se produit dans le contexte du conflit Rh qui a surgi chez la mère et le fœtus. S'il est absent, aucune mesure supplémentaire ne sera prise.

Quel est le facteur Rh?

Pour de nombreuses personnes, une protéine spécifique est localisée à la surface des cellules sanguines: s'il en existe une, la personne a un sang Rh positif, s'il est absent, il s'agit d'un facteur Rh négatif.

Selon les statistiques, 20% des femmes dans le monde ont un Rhésus négatif, mais pour la plupart d'entre elles, cela ne les empêche pas de connaître le bonheur de la maternité et de donner naissance à un enfant en bonne santé.

Les médecins pensent que le rhésus négatif n’est qu’une caractéristique d’une personne donnée, ce qui ne l’empêche pas de concevoir, et à plus forte raison n’est-il pas la cause de la stérilité féminine.

Cependant, le facteur Rh négatif et la grossesse restent un concept incompatible pour de nombreuses femmes enceintes en raison du conflit possible avec Rhésus. Bien sûr, cette condition comporte certaines complications, mais elles ne se développent pas dans tous les cas.

Qu'est-ce qu'un conflit rhésus?

Chez les femmes présentant un conflit Rhésus négatif pendant la grossesse, on n'observe que 30% des cas, c'est-à-dire que les 70% restants des grossesses se déroulent sans particularité.

Pour qu'un conflit Rhésus se produise, les conditions suivantes sont requises: le père de l'enfant a un facteur Rh positif, la mère, inversement, un facteur négatif, et le fœtus hérite du facteur Rh positif. Dans ce cas, le corps de la femme commencera à produire des anticorps spécifiques, dont le but est de protéger contre les protéines étrangères.

À partir de la 7e semaine de développement, le fœtus développe son propre système de formation de sang. À partir de ce moment, une petite quantité de ses globules rouges peut pénétrer dans le sang maternel à travers le placenta.

L'immunité d'une femme considère le rhésus positif du fœtus pour des composés étrangers et commence à les combattre en générant des anticorps.

Il se trouve que la situation est absurde: le corps de la mère se bat contre son futur enfant. Ces anticorps sont facilement présents dans le système hématopoïétique du fœtus, entraînant la destruction de ses cellules sanguines, ce qui peut provoquer des maladies graves et même un avortement.

Quand faut-il se méfier?

Si les anticorps sont produits en grande quantité, ils pénètrent dans le sang de l'enfant à naître et commencent à détruire les globules rouges "ennemis". Leur destruction endommage gravement tous les systèmes vitaux du fœtus.

Tout d’abord, le système nerveux en souffre, puis les reins, le foie et le coeur de l’enfant sont détruits par les effets négatifs de la bilirubine. Les tissus et les cavités de son corps commencent à se remplir de liquide, ce qui nuit au bon fonctionnement et au développement des organes. En l'absence d'assistance urgente, il peut entraîner la mort du fœtus. Pour cette raison, chez les patients avec Rh négatif, l'état de fausse couche habituelle est le plus souvent diagnostiqué.

Même si dans le cas du conflit Rh, il s'est avéré que cela a amené la grossesse et que l'enfant est né, très probablement, il aura des anomalies congénitales du développement. Ces maladies comprennent l’hydropisie du cerveau, la pathologie des organes de la vue, de l’ouïe, de la parole et du système nerveux.

Situations menant au développement du conflit rhésus

Le conflit rhésus n'est possible qu'avec différents accessoires rhésus: négatif chez la mère et positif chez le fœtus, ce qui conduit au développement de certains anticorps.

La possibilité de développer un conflit Rh augmente dans les situations suivantes:

  • l'avortement, une grossesse extra-utérine dans le passé;
  • la menace de fausse couche au deuxième trimestre;
  • examens instrumentaux;
  • un accouchement grave dans l'histoire, se terminant par un examen manuel de l'utérus;
  • traumatisme abdominal avec décollement placentaire concomitant;
  • transfusion sanguine de la future mère, excellente pour les accessoires Rh.

Si la grossesse est la première, le risque de développer un conflit Rh est généralement minime. Cela est dû à l’absence d’anticorps dans le sang de la mère, dont la formation dépend des facteurs négatifs susmentionnés. Habituellement, ils restent dans le sang d'une femme pour le reste de leur vie.

Prévention du conflit rhésus

Lors de l'inscription, chaque femme passe une analyse pour déterminer le facteur Rh. S'il est révélé négatif, il est nécessaire de déterminer l'identité rhésus du futur père.

Si un conflit Rh risque de se produire pendant la grossesse, la femme donne régulièrement du sang pour identifier des anticorps spécifiques dirigés contre les cellules sanguines du fœtus. Jusqu'au 3ème trimestre, cette étude est réalisée régulièrement une fois par mois, à partir de la semaine 32 - deux fois par mois, et à partir de la semaine 35 jusqu'au jour de la naissance, le sang de la femme est examiné chaque semaine.

Si le taux d'anticorps dans le sang d'une femme enceinte augmente, le médecin diagnostique la présence d'un conflit Rh et tire des conclusions sur les accessoires Rh de l'enfant à naître. Cette condition nécessite l'observation et le traitement des femmes dans le centre périnatal avec hospitalisation obligatoire.

En outre, l'affiliation Rh est diagnostiquée chez le nouveau-né après l'accouchement. Si le résultat est positif, une immunoglobuline anti-Rh, un sérum, est injectée à la femme dans les 72 heures, empêchant ainsi l'apparition d'un conflit rhés dans le processus de gestation des futures grossesses.

Le même sérum est utilisé à titre prophylactique chez les femmes présentant un sang Rh négatif pendant 72 heures après un avortement provoqué, une chirurgie pour éliminer la grossesse extra-utérine, une fausse couche, une transfusion erronée de sang Rh positif, un décollement du placenta, une manipulation des membranes du fœtus et des lésions de la cavité abdominale au cours de la grossesse. de la grossesse.

Sans l'introduction de sérum à chaque nouvelle grossesse, les chances de conflit Rh augmentent d'environ 10%.

Si une femme a un facteur Rh négatif, alors, avant de planifier une deuxième grossesse, elle doit faire un don de sang pour déterminer des anticorps spécifiques. S'ils se trouvent dans le sang, le développement d'un conflit Rh dans des conditions appropriées ne peut être évité.

Grossesse chez une femme avec du sang Rh négatif

La médecine moderne a assez bien appris à surmonter les manifestations négatives de l'incompatibilité de la mère et du fœtus. De nos jours, près de 10% de toutes les futures mères présentant un facteur Rh négatif ont des problèmes similaires.

Grâce à une prophylaxie spécifique avec une immunoglobuline anti-rhésus, il est possible de neutraliser des anticorps agressifs de manière qualitative et prolongée.

Si une femme veut bien communiquer sa grossesse et devenir la mère d'un enfant en bonne santé, elle doit, pendant sa grossesse, être attentive aux recommandations du gynécologue et se soumettre aux examens de laboratoire et des instruments nécessaires, y compris aux échographies de routine, dans les meilleurs délais.

Si la grossesse de la femme se déroule sans encombre, l’accouchement est effectué dans un délai physiologique. Si la grossesse a été accompagnée par Rh-conflit, il est recommandé d'effectuer un travail opératoire - césarienne. L'opération est généralement programmée sur 38 semaines, s'il est possible d'amener la grossesse avec des pertes minimes à cette date. En savoir plus sur la césarienne →

Ne désespérez pas si la future mère a du sang Rh négatif. La naissance du premier enfant a généralement lieu sans que le conflit Rh ne se développe, tandis que rien ne menace la santé du nouveau-né et de la jeune mère.

De nombreuses femmes refusent délibérément une deuxième grossesse pour écarter d'éventuels problèmes. Actuellement, pas besoin d'abandonner une telle chance. Indépendamment du facteur Rh, les bonnes tactiques médicales pendant la grossesse augmentent considérablement les chances d’une femme d’être heureuse.

Auteur: Olga Rogozhkina, médecin,
spécifiquement pour Mama66.ru

Deuxième grossesse avec rhésus négatif

La probabilité de conflit rhésus entre la mère et son enfant à naître se produit dans 75% des cas, principalement en raison du facteur Rh positif dans le sang du père du bébé et du facteur Rh négatif chez la femme elle-même. De nombreuses femmes considèrent une telle coïncidence comme une raison d'abandonner une grossesse en général. Toutefois, comme le montre la pratique médicale, le risque de conflit diminue avec une approche habile et préventive, et il ne se produit pas toujours avec le début d'une deuxième grossesse.

Le facteur rhésus négatif chez les femmes et positif chez les hommes n'est pas une raison pour refuser une grossesse.

Que se passe-t-il après la première naissance?

Le risque de conflit Rh au cours de la première grossesse ne pose généralement pas de problème particulier, car la concentration d'anticorps produits dans le sang de la future mère ne dépasse pas les limites établies par la norme. Tout au long de la grossesse, les médecins surveillent attentivement la femme et examinent constamment son sang pour détecter la formation d'anticorps. S'ils ne sont pas là, la grossesse se déroule sans encombre et après la naissance de l'enfant, son facteur Rh est découvert. Si l'enfant a un facteur Rh positif, la mère lui injectera une immunoglobuline anti-Rh dans les 72 heures, ce qui empêchera la formation d'anticorps au début des grossesses ultérieures.

Le risque de production d'anticorps au cours de la deuxième grossesse est d'environ 10%.

Le risque de conflit rhésus est toujours là

Pour ce qui est de la deuxième grossesse, si le conflit entre les Rhésus et la mère et son bébé avaient été résolus plus tôt et que l’injection nécessaire était introduite à temps, les risques de développer un tel conflit ne seraient que de 10%. Cependant, il convient néanmoins de rappeler que le conflit Rh pendant la deuxième grossesse, comme pour toutes les suivantes, est beaucoup plus dangereux, car la concentration en anticorps dans le corps de la femme augmentera de plus en plus.

À temps pour identifier le conflit Rh lors de la deuxième grossesse, vous pouvez également, à l'aide de certains symptômes:

  • Anémie de la mère;
  • Organes élargis du futur bébé: cœur, rate, foie, déterminés en règle générale par échographie.
Au cours de la deuxième grossesse, afin d’éviter les risques de conflit Rh, la future mère est étroitement surveillée.

Méthodes alternatives

Cela se produit également lorsque la première grossesse due au conflit Rh ne peut être tolérée ou qu'une maladie hémolytique se développe chez un bébé né. En médecine, à cette fin, l'utilisation d'un programme de FIV est utilisée à titre de prophylaxie du conflit Rh, c'est-à-dire que la fécondation est réalisée dans des conditions artificielles, dans lesquelles une étude génétique des embryons obtenus est réalisée. Parmi tous les embryons, celui dans lequel, comme une femme, un facteur Rh négatif est sélectionné et placé dans la cavité utérine.

Rhésus négatif pendant la deuxième vidéo de grossesse

Une certaine anxiété chez les femmes, qui provoque un facteur Rh négatif pendant la grossesse, est compréhensible. Je me souviens même de ces moments où les femmes avec Rh négatif ne recommandaient pas la deuxième grossesse et surtout les suivantes, et l'avortement pratiqué par une telle femme était une condamnation à la non-enfance. Il existe de nombreuses "histoires d'horreur" sur ce sujet, dans la mesure où il est conseillé de ne pas même épouser un homme rezuspositivny.

Heureusement, la science et la médecine modernes savent comment y faire face et les conséquences d'un facteur Rhésus négatif pendant la grossesse sont loin d'être effrayantes. Et les précautions prises en temps opportun réduisent au minimum la possibilité de telles conséquences.

Retour au contenu

Que signifie le facteur rhésus?

Les scientifiques ont découvert qu'environ 85% des érythrocytes sanguins contiennent une substance spéciale (anticorps), qui a été découverte pour la première fois chez les macaques, Rhésus, et porte son nom, tandis que 15% des personnes ne possèdent pas d'anticorps. C'est sur cette base (l'absence d'anticorps) que les personnes sont classées comme Rh négatif.

De nos jours, il est souvent même possible de rencontrer le fait que, selon le facteur Rh et la valeur du groupe sanguin d’une personne, des experts tentent de révéler les particularités de son caractère, ses habitudes, ses habitudes alimentaires, etc. Cependant, s'il est possible de le faire, alors, très probablement, les données seront très approximatives.

Pendant la grossesse, un certain nombre de situations associées au facteur Rh sont possibles, à savoir:

  • rhésus négatif pendant la grossesse a une femme elle-même;
  • le propriétaire du facteur Rh négatif est le père de l'enfant;
  • Les deux futurs parents ont un rhésus négatif.

Commençons par la future mère, si elle a un Rh négatif et que le fruit en a hérité, aucun danger ne se présentera pour lui. Si le fœtus a un rhésus positif, alors un conflit de rhésus est possible, jusqu’à la mort de l’enfant ou une maladie hémolytique chez le bébé.

Retour au contenu

Maladie hémolytique

La maladie hémolytique est une maladie assez grave qui se développe lorsque le sang de la mère et du fœtus est incompatible. Cette maladie peut se développer chez le fœtus s’il existe une incompatibilité entre le sang du père et celui de la mère pour le facteur Rh. Dans ce cas, le placenta du fœtus rhésus pénètre dans le sang de la femme enceinte, le corps de la femme enceinte commence à produire des anticorps qui repoussent dans le sang du fœtus, détruisent ses globules rouges, puis développent une anémie et accumulent un pigment jaune - bilirubin.

L'effet de la température négative sur une batterie solaire faite maison en acrylique

Les ouvrages de référence médicaux décrivent trois formes de cette maladie:

  1. 1. La forme la plus grave est l'œdème général du fœtus. Dans cette forme de maladie, l'enfant nait mort ou meurt aux premières heures de la vie en raison du développement d'une insuffisance cardiaque (provoquée par une anémie et un œdème).
  2. 2. La deuxième forme est la jaunisse du nouveau-né, due au fait que la matière colorante, la bilirubine, apparaît dans le sang et se développe rapidement; cette substance se forme lorsque les globules rouges se décomposent. Il a des propriétés toxiques et avec une grande accumulation provoque des dommages au cerveau.
  3. 3. Anémie congénitale du nouveau-né caractérisée par une pâleur aiguë de la peau (substances utilisées de l'Encyclopédie médicale populaire).

Il convient de noter que, selon certaines données, la maladie hémolytique au cours du conflit rhésus ne se développe que chez deux à trois nouveau-nés sur mille. De plus, les méthodes de la médecine moderne nous permettent de diagnostiquer le conflit Rh de manière opportune, en analysant le sang d'une femme enceinte. Pour une telle analyse, le sang des femmes à risque doit être donné habituellement au moins une fois par mois.

En cas de détection d'un conflit de rhésus, le médecin observateur vous prescrira le traitement nécessaire pour éviter les éventuels effets indésirables d'un rhésus négatif. Il faut également rappeler qu’il existe de nombreuses mesures préventives pour éviter ces effets.

Fonctionnement du climatiseur à une température négative

Le contenu en anticorps dans le sang d'une femme augmente de grossesse en grossesse et, par conséquent, la deuxième grossesse avec Rh négatif et les grossesses ultérieures, respectivement, sont plus à risque. Cependant, un conflit rhésus est également possible pendant la première grossesse, par exemple si une femme a reçu une transfusion sanguine, sans tenir compte du rhésus.

Retour au contenu

Immunoglobuline antirhésale

Les femmes négatives pour le rhésus doivent savoir qu’au plus tard 72 heures après l’accouchement, il est recommandé d’injecter de l’immunoglobuline antirésus. Les informations sur la possibilité d'utiliser ce médicament ne sont souvent pas portées à la connaissance des femmes enceintes, observées par les médecins des cliniques prénatales. L'introduction de ce médicament est également recommandée pour les femmes:

  • avec avortement artificiel et naturel;
  • grossesse extra-utérine;
  • dans d'autres cas.

L'immunoglobuline anti-Rh n'est pas nécessaire si des anticorps sont présents dans le sang de la femme qui a accouché.

Si le sang du père de l'enfant est Rh négatif ou si les deux futurs parents sont Rh négatif, il n'est pas nécessaire de craindre une manifestation du conflit Rh. Toutefois, cela n’exclut pas la probabilité d’un conflit dans le groupe sanguin (par exemple, lorsque la mère de l’enfant a 1 groupe et le père de l’enfant et, par conséquent, le fœtus a 2 ou 3 groupes de sang).

Pour exclure les pathologies associées à un rhésus négatif pendant la grossesse, il faut:

  • connaître le facteur rhésus de la femme enceinte et du père de l'enfant à naître;
  • fournir à l’institution médicale où la femme enceinte est enregistrée des informations fiables sur le type de grossesse, savoir si la femme enceinte a reçu une transfusion sanguine, s’il ya eu avortement, etc.
  • suivez les instructions du médecin à temps pour passer les tests;
  • en cas d'apparition d'anticorps dans le sang (et d'augmentation de leur nombre), effectuez un traitement préventif.

La principale chose dont vous devriez toujours vous souvenir: la grossesse n'est pas une maladie. C’est un processus naturel, qui vise à la survie de l’être humain. Certains pensent même qu’il est moins nécessaire d’intervenir dans son déroulement. Les femmes ont soigné avec succès des enfants en bonne santé bien avant que l'étude du groupe sanguin n'apparaisse. Voici quelques statistiques:

  • chez les femmes dont le facteur Rh est négatif, seuls 9,5 à 10% des enfants ont un facteur Rh positif et la maladie hémolytique (mentionnée ci-dessus) n'est diagnostiquée que chez une femme sur vingt présentant un Rhésus négatif et un enfant Rh positif;
  • le conflit provoqué par l'inadéquation des facteurs Rh de la mère et du fœtus peut ne pas survenir avant la septième ou la huitième semaine de grossesse;
  • la probabilité qu'un enfant contracte une maladie hémolytique, même en cas de conflit rhésus, est de 0,003%.

C'est-à-dire que la plupart des postulats antérieurs selon lesquels la femme Rh négatif est plus difficile à tomber enceinte, à porter et à donner naissance à un enfant en bonne santé ont maintenant perdu leur pertinence.

Retour au contenu

Recommandations générales pour les femmes enceintes

Avec un soutien médical approprié et le comportement approprié de la femme enceinte, toutes les complications possibles de la grossesse peuvent être exclues. Voici quelques conseils généraux qui seront utiles à toutes les femmes enceintes, sans exception:

  • avant la grossesse pour passer une vérification de votre état de santé;
  • rendre visite au dentiste;
  • si possible, refuser de prendre tout médicament (à l'exception de l'acide folique);
  • bien se reposer (il est préférable de passer des vacances actives dans la nature);
  • ne bois pas d'alcool, ne fume pas;
  • comptez sur vos instincts, bougez beaucoup, marchez dans les airs, mangez des produits utiles;
  • en tout savoir la mesure;
  • prenez soin de vous et soyez en forme;
  • ne reste pas longtemps au soleil;
  • essayez de ne pas utiliser ou d'utiliser moins d'aérosols (déodorants, fixatifs), ainsi que des produits chimiques ménagers en général;
  • éviter les lieux publics où la femme enceinte risque fort d’être infectée (hôpitaux, cliniques, en particulier les enfants, car les infections des enfants sont dangereuses pour le fœtus). Toute infection est un danger potentiel pour le fœtus;
  • éviter les pilules d'automédication;
  • voyager moins tard dans la grossesse;
  • lavez-vous les mains plus souvent, en l'absence d'une telle possibilité - utilisez des lingettes et des gels désinfectants;
  • prendre un bain pour les femmes enceintes n'est pas souhaitable, il est préférable de prendre une douche;
  • porter des vêtements qui ne sont pas pressés, ce qui est confortable: il ne fait pas froid ni chaud;
  • soyez prudent avec les talons.

Toute femme enceinte, si elle s’écoute, sait ce qu’elle doit faire, quoi ne pas faire, quoi manger, quoi boire, avec qui communiquer. C'est la façon de se comporter - dormir, quand le corps a besoin de dormir, bouger, si le corps a besoin de mouvement, etc.

Et dans ce cas, rien ne menacera la santé de l'enfant, le bébé naîtra en bonne santé et de bonne humeur.

Rhésus négatif pendant la grossesse

Une femme enceinte doit être au courant de tout ce qui concerne sa santé et l’état du futur bébé. En ce qui concerne le rhésus négatif pendant la grossesse à la clinique prénatale, vous pouvez entendre de nombreuses questions non seulement de celles qui envisagent d’avoir un bébé, mais également de celles qui ont déjà appris qu’il deviendrait bientôt mère. Il existe un avis selon lequel chez les femmes ayant un facteur Rh négatif, les chances de réussir une grossesse et de donner naissance à un bébé en bonne santé sont très faibles. Vrai ou une autre fiction, découvrez dès maintenant.

Quel est rhésus négatif dangereux pendant la grossesse

La plupart d'entre nous ont une protéine spéciale à la surface des globules rouges, appelée facteur Rh. On croit que les personnes qui n'ont pas cette protéine ont du sang Rh négatif. Selon les statistiques, environ 20% des femmes dans le monde entrent dans cette catégorie, mais le rhésus négatif n'empêche pas beaucoup d'entre elles d'avoir des bébés en bonne santé. Les médecins disent que le rhésus négatif est simplement une particularité individuelle d'une personne, ce qui n'est pas un obstacle à la conception.

Mais quelle est la raison de la peur panique des futures mères face à un Rhésus négatif pendant la grossesse? Dans ce cas, l'occurrence du conflit du facteur Rh est effectivement possible, mais ce n'est pas toujours le cas.

Le développement du conflit Rh ne se produit que dans le cas où une femme avec un sang Rh négatif apparaît comme un enfant Rh positif. Cela arrive assez rarement, mais malgré tout, ce problème ne perd pas de sa pertinence. Bien sûr, il n’ya pas lieu de s’inquiéter en vain: si, selon le facteur Rh, le sang des parents correspond, le bébé aura probablement le même rhésus. Il n'y a rien à craindre même si une femme a du sang Rh positif.

Maintenant, il devient clair pourquoi la future mère, lors de son inscription, est d'abord envoyée pour un test sanguin si le facteur Rh n'a pas été déterminé auparavant. De nombreux gynécologues conseillent aux jeunes couples de subir cette procédure au stade de la planification de la grossesse. Cela vous permet d’éviter les peurs inutiles à propos du conflit Rh et, au cas où il en révélerait la possibilité, de prendre les mesures appropriées à l’avance.

Conséquences d'un rhésus négatif pendant la grossesse

Afin de comprendre en quoi le conflit rhésus peut devenir, il est nécessaire de déterminer quels processus ont lieu dans le corps de la future mère avec cette complication. Approximativement à 7-8 semaines de grossesse, l'embryon commence le processus de formation du système hématopoïétique, et il arrive qu'un certain nombre d'érythrocytes d'un porteur de bébé Rh positif pénètre dans la barrière placentaire dans la circulation sanguine de la future mère. C’est là que les problèmes peuvent commencer: un Rh négatif pendant la grossesse se traduit par le fait que le système immunitaire de la femme enceinte réagit aux cellules sanguines inconnues en produisant des anticorps agressifs qui attaquent la protéine étrangère.

Si les anticorps sont produits en grande quantité, ils sont en mesure de traverser le placenta jusqu'au bébé à naître, afin de poursuivre la lutte contre les érythrocytes «ennemis» de ce pays. La destruction des globules rouges entraîne des dommages toxiques à tous les organes vitaux et à tous les systèmes du fœtus par la bilirubine. Le premier accident cérébral touche le système nerveux central du fœtus, ainsi que son cœur, son foie et ses reins. Dans les cavités et les tissus du futur bébé commence à accumuler des liquides, ce qui empêche son fonctionnement normal et, en l'absence d'une intervention rapide, peut entraîner la mort intra-utérine. C'est pourquoi les femmes avec un facteur Rh négatif sont beaucoup plus susceptibles de faire face à un problème tel qu'une fausse couche.

Il est à noter qu'un résultat similaire dans le cas d'un rhésus négatif pendant la grossesse ne peut se produire que dans 30% des cas. Toutes les autres futures mères qui ont du sang Rh négatif, cette réaction aux cellules sanguines foetales positives n'est pratiquement pas exprimée et n'est pas dangereuse.

Caractéristiques de la deuxième grossesse avec rhésus négatif

Même si votre première grossesse s'est déroulée sans complications sérieuses et s'est achevée avec la naissance d'un bébé en bonne santé, cela ne garantit nullement que le fait de porter le prochain bébé ne conduira pas à un conflit de facteurs Rh. Souvent, la production d’anticorps dès la première entrée dans le sang de la mère par les globules rouges Rh-positifs est moins active. Cependant, après tout contact avec du sang incompatible (première naissance, fausse couche, avortement ou transfusion), la femme devient immunisée contre la protéine Rh. Cela signifie qu'à l'avenir, les anticorps ajustés au facteur Rh des miettes seront beaucoup plus efficaces. C'est pourquoi la deuxième grossesse avec Rh négatif a plus d'effets indésirables que la première.

Mais cela ne signifie pas qu'une femme avec Rh négatif ne peut avoir qu'un seul enfant. Afin d'éviter un tel développement d'événements, immédiatement après la naissance d'un premier-né «positif», une immunoglobuline anti-rhésus est administrée à la mère. Ce médicament inhibe la production d'anticorps agressifs et réduit au minimum le risque de conflit rhésus lors de la prochaine grossesse.

J'ai un Rh négatif pour mon mari, j'ai donné naissance à deux merveilleuses petites filles sans problèmes, le médecin m'a toujours dit que c'était pire quand mon mari était négatif et que pour une femme, il pouvait y avoir des problèmes. NouveauJuin 12, 2009, 10:43

Ma première fille, âgée de 13 ans, est allée sans problèmes et a accouché, le deuxième enfant est né deux jours, la troisième grossesse a duré huit semaines, et le plus intéressant est que je n’ai reçu aucun vaccin dans l’un des cas, je veux donner naissance à un autre bébé. Nouveauoctobre 15, 2009, 16h02

J'ai aussi un Rh négatif et mon mari est positif. À la première grossesse, tout allait bien. Je pense aussi à ce qui se passera lorsque nous déciderons de la deuxième. Après la naissance, quelque chose a été injecté dans la cuisse, j'ai réalisé que c'était ce sérum, car demanda mon rezus. Espérons que tout ira bien pour tout le monde! Nouveaunovembre 22, 2009, 12h45

Bonjour, mesdames. J'ai le même problème, mais ils m'ont dit que je devais donner naissance à deux enfants de suite, et ils ne m'ont pas donné de vaccins, quelqu'un me le dirait, je peux le dire maintenant, 3,5 mois se sont écoulés après l'accouchement. Nouveau 24 août 2010 à 17h53

mais je ne sais pas s’ils prenaient mon sérum ou non, ma pression était de 160/100, les médecins ont sauté, il ya eu un tel choc après l’accouchement que je ne me suis plus souvenu du sérum pendant une semaine, même si j’avais lu le sang du bébé seulement à la sortie. Je veux une seconde positive, je prévois, mais je crains de ne pouvoir tout simplement pas avoir d’énormes sommes en soins médicaux ou d’argent spécial pour des procédures supplémentaires, je ne me perds pas en vain? parce que la première grossesse n'avait aucun anticorps, mais n'était plus enceinte. Nouveau October 7, 2010, 18:11

Bonsoir, j'ai la même situation, je suis négatif, mon conjoint est positif. Le premier enfant a pris mon Rh négatif. maintenant cinq semaines de la deuxième grossesse. Je suis très inquiet, mais j'espère pour le mieux et pour Dieu))) New29 octobre 2010, 23:41

Bonjour Je ne pense pas que cela vaille la peine de s'inquiéter de la deuxième grossesse. Mon amie après la première naissance (Rh négatif) n'a rien introduit, la deuxième grossesse a été excellente et elle a donné naissance à un fils. Je suis moi-même négative, mon mari est positif, le premier fils est positif, on m'a vacciné, maintenant j'attends mon deuxième enfant et je pense que tout ira bien. Nouveau 23 novembre 2010 à 15h58

Très bonnes critiques, très heureux qu'il y ait des personnes si réactives. J'ai également un Rh négatif et mon mari est séropositif. Ils n'ont pas été vaccinés. Il y a donc des problèmes. Nouveau 13 décembre 2010 à 09h10

Bonjour J'ai la même situation avec moi "-" avec mon mari "+", pendant la grossesse, un mois et demi avant l'accouchement, j'avais des anticorps 1: 1, mais jusqu'à la fin de la grossesse, ils ne sont plus en croissance, les médecins m'ont dit que pendant la deuxième grossesse ils peuvent apparaître au début de la grossesse. Je ne sais même pas quoi faire, qui a eu un tel cas. New June 28, 2011, 03:16

Bonjour J'ai un "-", mon mari a un "+". La première grossesse s'est terminée par une fausse couche, la seconde était de merveilleux jumeaux, ils ont maintenant 7 ans. Puis il y a eu deux avortements et il y a deux ans et demi, j'ai donné naissance à un troisième garçon. Au début, il y avait bien sûr des problèmes, mais nous les avons surmontés en toute sécurité et nous sommes maintenant en parfaite santé. Alors, n'ayez pas peur! Donne naissance, tout ira bien! NouveauJune 29 juin 2011, 11:39

Trois années se sont écoulées depuis l’ouverture de ce sujet. Il y a 5 mois, nous avons eu une fille! Le rhésus est positif, bien qu’il n’y ait pas eu d’anticorps pendant la grossesse, contrairement au fils. J'ai donc compris qu'ils avaient peur en vain.

Facteur Rh chez une femme pendant la grossesse

Le facteur Rh est l'un des nombreux systèmes antigéniques du sang humain assurant la formation de protéines spécifiques à la surface des érythrocytes. Ils déterminent la tolérance du corps à ses propres globules rouges - les anticorps ne peuvent pas communiquer avec eux sans provoquer de réponse immunitaire. Mais il y a des milliers d'années, une mutation a provoqué l'apparition de personnes ne présentant pas de facteur similaire à la surface des globules rouges.

Le concept de sang Rh négatif implique l'absence d'une protéine D spécifique, qui est l'antigène principal du système. Dans le même temps, le corps lui-même vit en paix sans lui - la tolérance est discrètement produite par d’autres facteurs. Des problèmes ne peuvent survenir que si des globules rouges Rh-positifs entrent dans le sang d'une telle personne.

Le système immunitaire reconnaît, à l'aide d'anticorps, l'antigène D, sous forme de protéine étrangère, après quoi il déclenche une cascade de réactions permettant de détruire toutes les cellules possédant un tel "phare". Assez souvent, cette situation peut être retrouvée pendant la grossesse d'une femme Rh-négative avec un foetus positif dans ce système. En l’absence de mesures préventives opportunes (introduction d’immunoglobuline), leur réapparition peut entraîner des complications dangereuses.

Première grossesse

Si les deux conjoints ont un facteur Rh négatif, rien ne menace la grossesse et la santé de l'enfant. Le bébé en hérite simultanément de maman et papa, de sorte que le corps de la femme conserve sa tolérance à l'égard de ses cellules sanguines. La situation est différente si le père est positif pour l'antigène D - la probabilité de son transfert à l'enfant peut atteindre 100% dans certains cas.

Normalement, le flux sanguin de la mère et du bébé est divisé tout au long de la grossesse en raison des membranes fœtales. Par conséquent, la réponse immunitaire, accompagnée de la libération d'anticorps, n'est pas toujours observée:

  • Le contact entre le sang d'une femme et le fœtus se produit généralement à la fin de la gestation, lorsque certaines conditions augmentent la perméabilité du placenta.
  • L’entrée d’un petit nombre d’érythrocytes Rh-positifs de l’enfant dans le sang de la mère entraîne leur détection par le système immunitaire de la protéine D qui lui est étrangère.
  • En réponse, une grande quantité d'immunoglobuline M, un anticorps à réponse immédiate, est libérée. Ils sont assez gros, ils ne peuvent donc pas traverser le placenta et communiquer avec les érythrocytes du fœtus.
  • Par conséquent, les immunoglobulines M circulent pendant un certain temps dans le sang d'une femme, en trouvant les globules rouges du fœtus qui restent après la pénétration. Une fois leur travail terminé, ils sont détruits, mais les informations sur ce contact sont stockées dans les cellules de la mémoire de l'immunité.

Souvent, la deuxième grossesse chez une femme se termine également normalement, ce qui est associé à l'absence de conflit Rh lors du port du premier enfant.

Facteurs de risque

Certaines situations et manipulations augmentent considérablement le risque de formation d’anticorps anti-facteur Rh dans le sang de la mère. De plus, leur formation peut ne pas être nécessairement associée à une grossesse antérieure:

  • Le premier stade de la réaction immunologique, accompagné de la formation d'immunoglobuline M, peut survenir lorsqu'une femme de ce type a déjà été transfusé avec des composants de sang sanguin Rh positif.
  • L'avortement artificiel ou spontané (fausse couche) est également un facteur direct au contact du sang, car il s'accompagne d'une violation de l'intégrité des membranes fœtales.
  • Lorsque la grossesse extra-utérine en raison de l'introduction de chorion dans un endroit atypique ne se produit pas une isolation normale du flux sanguin de l'enfant.
  • Une grossesse compliquée - gestose, menace de terminaison, décollement prématuré du placenta - crée les conditions pour les globules rouges du fœtus dans le sang d'une femme à un stade avancé.
  • La césarienne ainsi que les manipulations invasives (séparation manuelle du placenta, amniocentèse, cordocentèse, biopsie des villosités) s’accompagnent également d’un contact direct ou indirect entre le sang de la mère et celui du bébé.

Il est extrêmement rare de prévenir ces situations, mais le conflit Rh peut être évité par l'administration prophylactique d'immunoglobuline (anticorps anti-D).

Grossesses répétées

Si avant le début de la prochaine conception dans le corps de la femme, la première période de la réaction immunitaire, accompagnée de la libération d'anticorps du groupe M, la seconde étape sera beaucoup plus active. De plus, un Rh négatif pendant la grossesse chez une femme n'est dangereux que pour un fœtus positif en raison de ce facteur:

  • Le deuxième coup de globules rouges d'un enfant contenant l'antigène D dans le sang d'une femme est accompagné d'une réponse immunitaire violente.
  • Au lieu d'une grande immunoglobuline M pour combattre, de petits anticorps rapides de classe G commencent à se former.
  • Leur attribution immédiate est due à la préservation des cellules de mémoire contenant déjà toutes les informations sur le contact précédent.
  • Comme l’immunoglobuline G pénètre normalement à travers le placenta, elle commence à se fixer non seulement aux globules rouges étrangers dans le sang de la mère, mais elle les détecte aussi soudainement chez le fœtus.
  • La reconnaissance d'un grand nombre d'antigènes entraîne la destruction massive de globules rouges chez l'enfant, ce qui entraîne diverses complications.

La gravité de l'état du bébé est principalement déterminée par l'hypoxie - un manque d'oxygène, associée à une forte diminution du nombre de ses porteurs - les globules rouges.

Complications possibles

La défaite du système sanguin chez le fœtus ne se produit pas toujours rapidement - le plus souvent, la destruction des globules rouges (hémolyse) est détectée après la naissance de l'enfant. L'anémie hémolytique congénitale constitue actuellement la principale forme de lésion. La maladie peut être arrêtée à ce stade grâce aux méthodes modernes de diagnostic et à la mise en œuvre rapide de mesures préventives.

Les complications graves - anémie hémolytique, associées à la jaunisse et à l’hydropisie sont moins courantes. En cas de flux incontrôlé, ils peuvent causer des dommages irréversibles au cerveau et aux organes internes du fœtus. Tout cela dans un proche avenir affecte les processus de croissance et de développement de l'enfant.

L'anémie

La défaite des globules rouges se produit par un mécanisme immunologique standard qui se produit normalement. Mais en cas de conflit selon le facteur Rh, son développement se produit au cours d’un processus totalement physiologique - grossesse:

  • Un grand nombre d’anticorps de classe G produits par le corps de la mère commencent à pénétrer dans les membranes du fœtus dans le sang de l’enfant.
  • Là, ils collent littéralement autour des globules rouges, qu’ils considèrent comme étrangers à cause de la protéine D spécifique.
  • Après un tel contact dans le corps du bébé, une cascade standard de réactions commence, qui se produit après le contact de l'antigène avec l'anticorps.
  • Tous les globules rouges "étiquetés" commencent à se décomposer - de nombreux facteurs affectent la vitesse de ce processus. Tout d'abord, cela dépend du degré d'immunisation de la mère - le volume sanguin du fœtus qui est tombé dans la circulation sanguine de la femme.
  • L'évolution des mécanismes pathologiques conduit à une forte détérioration des échanges gazeux entre la mère et l'enfant. De plus, il est causé immédiatement par deux raisons: la destruction des globules rouges du fœtus et le développement simultané d'une inflammation chronique dans le placenta.

Une hémolyse constante entraîne une stimulation maximale de la formation du sang chez le bébé - des globules rouges commencent à se former non seulement dans la moelle osseuse, mais également dans la plupart des organes internes (foie, rate, reins), ce qui entraîne leur augmentation.

Jaunisse

L'anémie hémolytique s'accompagne de la formation d'une grande quantité d'hémoglobine libre, qui est normalement suffisamment convertie dans le processus d'échange. Avec la destruction continue d'un grand nombre de globules rouges, il en existe un excès, ce qui entraîne l'accumulation de produits toxiques dans le sang d'un enfant:

  • En raison de l'action de certaines enzymes, l'hémoglobine se divise en deux fragments principaux - la partie protéique (globine) en est séparée.
  • Le centre restant - l'ourlet - n'est pas à l'état libre longtemps et se transforme rapidement en un autre pigment - la bilirubine.
  • Pendant l'hémolyse, il y a tellement d'accumulation que le tissu hépatique n'a tout simplement pas le temps de s'en débarrasser.
  • Et ce pigment se distingue par une bonne solubilité dans les graisses, il pénètre donc rapidement du lit vasculaire aux organes avec un bon apport sanguin.
  • L'accumulation de bilirubine dans la peau s'accompagne d'un changement de couleur: jaunisse.
  • Mais une autre voie de dépôt de pigments dans le cerveau a une signification pathologique. Il a un effet toxique, causant de graves dommages aux principaux centres nerveux.

Par conséquent, avec le développement de l'anémie hémolytique chez un enfant, les indicateurs de la bilirubine sont surveillés de près, empêchant son augmentation critique par un traitement rapide.

Dropsy

Dans les cas avancés de la maladie, on observe un gonflement massif du fœtus. Leur formation est associée à un changement brutal de la pression sanguine du bébé:

  • Tout d'abord, l'hémolyse continue entraîne une diminution du nombre d'érythrocytes en circulation, qui sont l'un des facteurs de la rétention de liquide dans la cavité vasculaire.
  • En raison de la charge continue de bilirubine sur le foie, la quantité de protéines plasmatiques diminue, ce qui maintient également une pression normale.
  • Le manque d'oxygène dans les tissus entraîne une modification de l'équilibre acido-basique, ce qui augmente considérablement la perméabilité globale des petits vaisseaux.
  • Tous ces facteurs contribuent au mouvement de la masse principale de fluide dans l’espace tissulaire, où elle commence à s’accumuler progressivement.

La formation d’œdèmes dans la poitrine et l’abdomen, ainsi que dans les membranes du cerveau de l’enfant, provoque une nouvelle détérioration de son état.

Prévention

La connaissance de leurs accessoires Rh, ainsi que la planification de la grossesse sont les principales mesures préventives pour prévenir d'éventuelles complications. Ils comprennent généralement les activités suivantes:

  • Les transfusions sanguines positives à ces femmes sont exclues, car la réaction immunologique est ensuite maintenue pour le reste de leur vie.
  • Il est recommandé de préserver la première grossesse afin de ne pas augmenter le risque de conflit dû à un avortement provoqué.
  • Réalisation d'une immunisation passive à l'aide de l'administration prophylactique d'immunoglobuline anti-Rh. À présent, il est appliqué à toutes les femmes Rh-négatives au cours de la 28ème semaine de grossesse.
  • Une administration supplémentaire de sérum est effectuée dans les 72 heures après l'accouchement, ainsi que lors de toute intervention - césarienne, avortement, séparation manuelle du placenta.

Une immunoglobuline spécifique assure la liaison artificielle et la destruction des globules rouges du fœtus ayant pénétré accidentellement dans le sang de la mère. Et son propre système immunitaire n'a pas le temps de réagir, à la suite de quoi les mécanismes pathologiques énumérés ne se développent pas.

Facteur Rh négatif pendant la grossesse

À propos du facteur Rh, présent dans le sang de chaque personne, au moins une fois dans la vie, tout le monde a entendu parler. C'est une protéine qui recouvre les globules rouges et, chez certaines personnes (environ 85% de la population mondiale), elle est présente et chez d'autres, elle est absente. En principe, les hommes et les femmes Rh-négatifs ne sont pas différents des autres, et cette caractéristique de leur corps ne devient fondamentale que dans deux cas - si nécessaire, transfusion sanguine et grossesse.

Il est important de noter qu'un facteur Rh négatif n'est en aucun cas une contre-indication à la grossesse, mais toutes les femmes présentant une telle caractéristique doivent être conscientes d'un phénomène aussi dangereux que le conflit Rh.

Comment surgit le conflit rhésus?

Le facteur Rhésus du futur enfant dépend des facteurs Rh de ses parents, mais il est impossible de le déterminer avec une précision de 100%. Cependant, il existe un tableau permettant de déterminer plus ou moins précisément le risque de conflit entre le sang de la mère et celui du fœtus.

En outre, la cause du conflit peut être le groupe sanguin des futurs parents (ou plutôt l’ensemble de protéines caractéristique de chacun d’eux). La probabilité de son développement peut être déterminée par une autre table.

En termes de pourcentage, la possibilité d'un conflit entre mère et enfant n'est pas si grande (en effet, selon les statistiques, elle survient chez moins de 1% des femmes enceintes). Mais si cela se produisait, la situation serait si grave que les futurs parents devraient faire l'objet d'une recherche appropriée et, s'il existe un risque même minime, il est impératif de consulter un médecin.

Quels sont les risques de conflit rhésus?

Le rhésus négatif d’une mère ne peut être dangereux pour un bébé «positif» que lorsque ses cellules sanguines pénètrent dans le sang de la mère. Son corps y réagit comme tout corps étranger et commence immédiatement à les attaquer.

Au début, ils provoquent une légère anémie chez le fœtus, mais par la suite, il n’a tout simplement pas le temps de produire de nouveaux globules rouges pour remplacer ceux qui sont détruits, ce qui peut entraîner le développement de maladies et de pathologies graves:

  • maladie hémolytique, anémie;
  • hépatite et autres troubles du foie;
  • lésions du système nerveux central;
  • poches et hydropisie.

Dans les cas de conflit Rh les plus graves, une fausse couche, le décès d'un futur bébé dans l'utérus ou la naissance d'un enfant décédé peuvent provoquer une fausse couche.

Vidéo - grossesse et conflit rhésus: risques pour la mère et le bébé

Quand le bébé est-il en danger?

Un facteur Rh négatif à la première grossesse ne comporte généralement aucun risque pour le fœtus, en particulier dans les cas où la grossesse se déroule sans incident. Cependant, s’il ya une deuxième grossesse ou les antécédents d’une femme, il existe des facteurs défavorables. Dans ces cas, les médecins parlent alors d’un phénomène appelé sensibilisation.

C’est-à-dire qu’une certaine quantité de sang avec le rhésus opposé a déjà pénétré dans le sang de la mère, son corps est «familier» avec les érythrocytes extraterrestres de l’enfant et a commencé à produire des anticorps dangereux contre eux. La sensibilisation survient généralement après:

  • accouchement naturel;
  • grossesse extra-utérine;
  • césariennes;
  • avortements et fausses couches;
  • grossesses compliquées (décollement placentaire, etc.);
  • blessures abdominales pendant la grossesse;
  • couture sur le col de l'utérus (par exemple, lors du port de jumeaux);
  • effectuer des procédures invasives: cordocentèse, amniocentèse, etc.
  • chez les filles, la sensibilisation se produit parfois même avant la naissance (dans les cas où les cellules sanguines d'une mère Rh-positive pénètrent dans son sang).

Ces femmes sont considérées comme étant à risque et doivent donc faire l'objet d'une surveillance particulière pendant la période de portage.

Tout le monde sait que l'avortement est dangereux. Mais avec un Rh négatif, elles comportent un double risque, car toutes les grossesses ultérieures sont automatiquement menacées en raison de la sensibilisation.

Comment le conflit rhésus est-il diagnostiqué?

Le danger de la situation réside dans le fait qu’avec l’augmentation de la masse critique d’anticorps dans le corps de la femme enceinte, elle ne ressent pratiquement rien, c’est-à-dire qu’elle est incapable d’identifier les changements survenant chez son enfant. Parfois, la future mère peut ressentir un certain malaise, mais on lui attribue généralement une position «intéressante».

Les signes du fait que la mère et le bébé ont commencé le conflit Rh peuvent être déterminés par échographie. Dans ce cas, le fœtus présente les symptômes suivants:

  • accumulation de liquide dans certaines cavités du corps;
  • gonflement grave;
  • La «posture du Bouddha», caractérisée par un gros ventre et des membres écartés;
  • l'élargissement du cœur et d'autres organes;
  • épaississement des veines du placenta et du cordon ombilical.

Pour identifier le risque pour le fœtus le plus tôt possible et prévenir toutes les complications, même au début de la grossesse, les futures mère et père devraient subir un test sanguin afin de déterminer le facteur Rh.

Si le risque de conflit existe, il sera constamment placé sous la stricte surveillance de spécialistes au cours des neuf prochains mois. Vers la 18e / 20e semaine (s'il y a déjà eu des cas de conflit Rh, alors plus tôt), un autre échantillon de sang en gestation devra être testé, ce qui devrait révéler la concentration en anticorps. La norme est le résultat (titre) de moins de 1 à 4 - dans ce cas, les médecins peuvent dire qu'il n'y a pas de danger pour l'enfant. Mais même si la quantité d’anticorps dans le sang est minime, elle devra consulter régulièrement son médecin, faire toutes sortes de recherches et suivre l’état de son bébé. Des analyses répétées sont effectuées au début du troisième trimestre, après quoi le médecin décide de la tactique à adopter.

Comment protéger un enfant?

Pour réduire le conflit rhésus, on recommande à toutes les femmes enceintes un traitement désensibilisant non spécifique (effectué les semaines 10-12, 22-24 et 32-34), qui consiste en des préparations vitaminées, des préparations de calcium et de magnésium, des métabolites et des antihistaminiques, une oxygénothérapie, etc. d.

Si des études ont montré que le titre en anticorps est suffisamment élevé, un vaccin spécial, appelé immunoglobuline anti-rhésus, est introduit chez la femme. Il est capable de neutraliser les anticorps déjà développés dans le corps de la mère, ce qui réduit considérablement les risques pour la santé du bébé. Habituellement, la première dose est administrée de la 28ème à la 34ème semaine et la seconde, au moins 3 jours après la naissance, afin de prévenir le risque de conflit Rh lors de futures grossesses possibles.

Dans les situations les plus graves, le fœtus nécessite une procédure de transfusion intra-utérine afin de compenser la pénurie de cellules sanguines détruites par les anticorps du corps de la femme. Si la période de gestation dépasse 32 à 34 semaines, les médecins soulèvent la question de la césarienne urgente, car le "bombardement" constant du corps de l'enfant par des anticorps féminins peut être dangereux pour la vie.

Il y a des familles dans lesquelles, à la suite de ce phénomène désagréable, plusieurs grossesses ont abouti à des fausses couches, à la mort du fœtus ou à la naissance d'enfants décédés. La procédure de FIV est la seule issue. La fécondation de l'œuf n'a pas lieu dans l'utérus mais dans l'éprouvette, après quoi les embryons sont examinés pour rechercher la présence d'un gène spécifique et seuls ceux à facteur Rh négatif sont insérés dans l'utérus.

Prévention du conflit rhésus

Malheureusement, il est presque impossible d'éviter complètement le conflit des femmes Rh négatif, mais elle peut prendre certaines précautions. Tout d'abord, elle doit prendre sa santé très au sérieux et, si nécessaire, les transfusions sanguines doivent informer les médecins du rhésus négatif. En outre, les avortements doivent être évités autant que possible (en particulier si la grossesse est la première) et un soin particulier doit être pris pendant l'accouchement pour réduire le risque de complications telles que le décollement du placenta.

Mais même si la première grossesse a pris fin de manière naturelle et que l’enfant est en parfaite santé, il est en tout cas recommandé d’injecter de l’immunoglobuline, ce qui peut réduire considérablement le risque de sensibilisation à l’avenir.

Facteur Rh négatif chez une femme enceinte - Ce qui est dangereux pour le bébé

Il n'y a pas si longtemps, le facteur Rh négatif du sang pendant la grossesse constituait une grave menace pour son évolution. Les médecins ont prédit à la future mère, surtout si elle est enceinte du deuxième ou du troisième enfant, toute une série de conséquences négatives pour le bébé. Si une femme, ayant un facteur Rh négatif, décidait pour une raison quelconque d'interrompre artificiellement la gestation, un avortement pourrait entraîner une nouvelle stérilité.

Aujourd'hui, la situation a radicalement changé. Les méthodes diagnostiques et thérapeutiques modernes permettent de minimiser les risques de présence d'indicateurs négatifs de ce paramètre chez la mère.

Quel est le facteur Rh?

Dans le sang des humains et des animaux, il y a des globules rouges, à la surface desquels se trouve un antigène ou une protéine, appelé facteur Rh. C'est un indicateur constant et il ne peut pas changer pendant sa vie. Parfois, il est prouvé qu'après des manipulations médicales chez l'homme, ce paramètre sanguin change. Mais il est scientifiquement prouvé que son changement est impossible. La réponse à la question de savoir pourquoi de telles informations apparaissent est le résultat erroné de la détermination de la présence d'antigène avant ou après manipulation médicale.

Si les érythrocytes d'une personne ont cet antigène - le facteur Rh est appelé positif, s'il n'est pas présent - négatif. Plus de 85% de la population de la Terre - porteurs de rhésus positif. Des informations sur le fait qu'une personne possède ou non un antigène sont nécessaires pour la transfusion sanguine, la fourniture de soins médicaux d'urgence et la chirurgie. Ces paramètres sont parfois utilisés pour déterminer le sexe du fœtus, mais il n’existe aucune donnée permettant de confirmer l’exactitude de ces méthodes.

On sait de manière fiable que la détection d’un facteur Rh négatif chez un patient signifie que, si nécessaire, il reçoit une transfusion sanguine avec seulement un indicateur négatif.

Pendant la grossesse, le facteur Rh est très important. S'il est négatif pour la mère et positif pour le mari, le bébé peut hériter de l'antigène du père. Ceci est lourd avec le développement du conflit Rh, avec lequel le corps de la mère combattra la production active d'anticorps, percevant le bébé en croissance comme un corps étranger. Si vous n'agissez pas, le déroulement d'une telle grossesse se terminera négativement.

La compatibilité des facteurs Rh et des groupes sanguins les uns avec les autres est déterminée par un tableau spécifique.

Lorsque les deux conjoints ont le même facteur Rh positif ou négatif, ils n'ont rien à craindre. Il est nécessaire de prendre des mesures lors du port du bébé uniquement avec des valeurs différentes de cet indicateur chez les jeunes parents.

Caractéristiques de la grossesse avec rhésus négatif

Si les parents ont des indicateurs d'antigène différents et qu'il existe un risque de conflit Rh lors du portage du fœtus, ce n'est pas une raison de frustration. L'observation attentive de spécialistes et des tests réguliers, ainsi que des connaissances sur la manière d'accoucher avec un rhésus négatif, aideront à passer ce stade sans risque pour l'enfant.

À la première grossesse

Pendant la grossesse seulement, une femme rencontre pour la première fois des antigènes inconnus et étrangers. Il y a de fortes chances que la production d'anticorps contre les antigènes ne commence pas du tout. Lors de la première grossesse, le processus de production (s'il a commencé) est lent. L'immunité réduite, due à une modification des niveaux hormonaux et à la lenteur des globules blancs, contribue au fait que le conflit rhésus ne commence pas du tout ou n'est pas très prononcé.

A partir de la seconde grossesse et des suivantes

Face aux antigènes étrangers, le corps acquiert une «mémoire cellulaire». Cela signifie que lors de la prochaine collision avec l'antigène d'une autre personne, la formation d'anticorps dans le corps de la femme se produira beaucoup plus rapidement. A chaque fois, la vitesse du processus augmente, augmentant l'inévitabilité du conflit rhésus.

La mémorisation se produit non seulement après un accouchement réussi, mais également après une fausse couche, un avortement ou une intervention médicale impliquant une transfusion sanguine.

Si le conflit rhésus dans le corps d'une jeune mère s'est développé, les méthodes médicales modernes sont en mesure de corriger la situation à l'époque. Il est recommandé qu'elle soit constamment supervisée par des spécialistes.

Conséquences d'un facteur Rh négatif pendant la grossesse

Une femme enceinte dont Rhus est négatif doit faire un test d’anticorps tous les mois. Un obstétricien-gynécologue accorde une attention particulière au maintien de la grossesse avec de tels antécédents. Jusqu'à la trente-deuxième semaine, des analyses de sang veineux pour la recherche d'anticorps sont effectuées chaque mois. Après trente-deux semaines, il devrait être pris toutes les deux semaines. De la semaine 35 - hebdomadaire.

Pour le reste, porter un bébé avec une mère dont le rhésus est négatif ne diffère pas du déroulement d'une grossesse normale. La rapidité avec laquelle les anticorps se développent dépend de la nécessité d'entrer dans l'immunoglobuline de la future mère.

Impact sur la santé de bébé

Si des mesures préventives ne sont pas prises, des processus pathologiques dangereux sont lancés:

  1. Réduire le nombre de globules rouges dans le fœtus responsables du transport de l'oxygène, d'où se développe progressivement le manque d'oxygène. Tout d'abord, cela affecte le développement du cœur et du cerveau.
  2. La quantité de bilirubine augmente. Il est produit par la destruction des globules rouges. Le nombre croissant de bilirubine provoque une grave intoxication fœtale.
  3. Renforcement de la production de globules rouges par la rate et le foie d'un enfant, entraînant une augmentation de ces organes et leur développement pathologique.
  4. Le développement d'un déséquilibre dans le sang, une violation de la production de particules sanguines, le développement de pathologies du développement de la moelle épinière, une anémie hémolytique congénitale La maladie hémolytique du nouveau-né (HDN) se manifeste par une pâleur de la peau, une faiblesse générale.

Méthodes de diagnostic des problèmes de grossesse rhésus négatif

La présence d'anticorps chez les jeunes mères est déterminée au tout début de la gestation. Beaucoup de femmes connaissent leur Rhésus depuis longtemps avant la conception et l’apparition d’une «position intéressante». Un obstétricien-gynécologue met une telle mère sur un compte spécial. Après avoir détecté un résultat négatif aux tests d'anticorps, le médecin prescrit une livraison mensuelle de sang veineux à la future mère afin de contrôler le taux de production d'anticorps. Plus la date d'accouchement est proche, plus la jeune mère doit souvent être testée pour contrôler la situation.

En plus de l'analyse du sang de la femme enceinte, des examens par ultrasons de routine sont effectués, qui portent une attention particulière à l'état du foie et de la rate du bébé, ainsi qu'à l'état du placenta.

Si des pathologies sont identifiées, une cardiotocographie (CTG) est également réalisée, ainsi qu'une dopplerométrie. Ces études permettent d’évaluer le fonctionnement du système cardiovasculaire de l’enfant et de déterminer s’il reçoit suffisamment d’oxygène par le flux sanguin utéro-placentaire.

Si l'analyse des corps anti-rhésus montre leur croissance rapide, des méthodes de diagnostic invasives sont utilisées. Cette méthode de diagnostic est dangereuse par la fuite des eaux entourant le fœtus, le risque d’infection, la formation d’un hématome sur le cordon ombilical.

L’analyse du liquide amniotique est l’étude la plus fiable; elle indique la quantité exacte de bilirubine produite par un bébé, ce qui permet d’évaluer l’état du fœtus. La collection de matériel du cordon ombilical fournit également des informations fiables sur la composition du sang du fœtus.

Spécificité de naissance

Si l'incompatibilité des facteurs Rh ne conduit pas à la formation rapide d'anticorps et que la grossesse se déroule normalement, sans pathologies, le bébé peut naître de façon naturelle. Au cours de l'accouchement dans le corps de la mère, la production d'anticorps peut être activée en raison de la perte d'une certaine quantité de sang. Pour ce faire, dans la salle d'accouchement, un obstétricien-gynécologue devrait avoir une portion de sang du même groupe et du même rhésus que celle de la femme en travail. Pour éliminer le risque de pathologies au cours du travail de la parturiente, l'injection d'immunoglobuline est autorisée.

Dans les cas où l'enfant a hérité non pas du rhésus maternel, mais des hommes, et lorsqu'il porte un bébé en conflit Rh, une décision est prise quant à l'accouchement par césarienne. Les grossesses problématiques sont maintenues et maintenues jusqu’à 37-38 semaines et une fois cette période atteinte, une opération planifiée est effectuée.

Dans les situations graves, un nouveau-né reçoit une transfusion sanguine du même groupe et du même rhésus que celle de la mère. Le nouveau-né dans les premiers jours est nourri non pas avec du lait maternel, mais avec des mélanges. Cela est dû au fait que le lait maternel contient encore des anticorps. S'ils entrent dans le corps du bébé, ils commenceront à détruire les globules rouges de son sang.

Les jeunes mères reçoivent de l'immunoglobuline pendant 72 heures après la naissance. Cela empêchera le développement de conflits lors de grossesses ultérieures. Les mêmes mesures devraient être prises après un avortement ou une fausse couche. Il est extrêmement important que l’injection se réunisse dans les trois jours.

Même si la première accouchement et la première période de gestation se sont déroulés sans complications et si la femme planifie la prochaine grossesse d'un homme avec un Rh positif, les cellules de la mémoire se développeront dans son corps. Par conséquent, pour la prochaine naissance, l'injection doit être achetée indépendamment ou sa présence dans la salle d'accouchement doit être clarifiée maison

Pour en savoir plus sur ce qu'est le conflit Rh, comment il est mauvais et sur le déroulement de la grossesse, consultez la vidéo:

Conclusion

Le rhésus négatif chez la mère n’est pas une raison pour abandonner la maternité, et l’incompatibilité du rhésus avec un homme aimé n’est pas une raison pour se séparer de lui. Dans la majorité absolue des cas, porter un bébé dans de telles circonstances se fait sans pathologies. Le conflit rhésus ne survient que chez 10% des femmes enceintes. Des problèmes graves liés au développement et à l'état de santé ne sont observés que chez deux ou trois enfants sur mille.